Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drame de Lamalou-les Bains : l’enquête sur le point d’être bouclée

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

L’enquête sur le drame de Lamalou-les-Bains (Hérault) est quasiment terminée. Le parquet de Béziers doit dire d’ici fin septembre s’il prononce ou pas un non-lieu. Six personnes ont été mises en examen pour homicides et blessures involontaires.

Un embâcle du Bitoulet, la rivière qui traverse Lamalou-les-Bains, a cédé
Un embâcle du Bitoulet, la rivière qui traverse Lamalou-les-Bains, a cédé © Radio France - Thierry Baldacchino

Lamalou-les-Bains, France

Une cérémonie est organisée ce mercredi 18 septembre  à 17h à Lamalou-les-Bains devant la stèle érigée à l’entrée de l’ancien camping municipal en hommage aux victimes des inondations dans cette commune à l'ouest de l'Hérault. Quatre campeurs sont décédés il y a tout juste cinq ans. Une mère et sa fille sont piégées à l'intérieur de leur camping-car, un homme est retrouvé mort près de sa caravane, un autre sur un rond-point, près du camping.

Une vague gigantesque de six mètres de hauteur et 20 de large a tout emporté sur son passage. Cette accumulation d’eau s'est formée à cause de nombreux arbres charriés par les courants dans la rivière du Bitoulet. Les troncs et les branches se sont entassés les uns sur les autres, formant ainsi un barrage. Mais avec la force du courant et de l’eau, ce dernier a fini par casser, dévalant le ruisseau jusqu'au camping et emportant tentes et campings-cars sur son passage. (12 millions d'euros de dégâts). L'équivalent d'un automne de pluie est tombé en 36 heures.

Sur le plan judiciaire l'enquête est sur le point de se terminer. Six personnes ont été mises en examen pour homicides et blessures involontaires dont les deux anciens maires de Lamalou-les-Bains (Philippe Tailland, un des adjoints et son prédécesseur Marcel Roques) ainsi que trois employés municipaux (le directeur des services, la gardienne du camping, le directeur des services techniques).

Plusieurs dizaines de plaintes déposées

Les conclusions de l’information judiciaire sont imminentes, confirme Raphael Balland, le nouveau procureur de la République de Béziers.

"L'instruction touche à son terme, puisque le parquet doit faire connaître d'ici peu son réquisitoire définitif par lequel il développera auprès du magistrat instructeur son analyse des éléments à charge et à décharge dans cette procédure et ses réquisitions de poursuites ou de non-lieu." 

C’est une question de jours. Avant la fin du mois de septembre. 

"Je devrais faire un communiqué avant la fin du mois sur le contenu du réquisitoire."

Les conclusions de cette enquête sont vivement attendues par les victimes et leurs proches, mais aussi aussi par ceux qui sont poursuivis. L'enquête a été particulièrement longue, en partie à cause de la succession de quatre juges d’instruction."Nous ne sommes au courant de rien, précise l’un des mis en cause. Cinq ans, c’est long. Vous n'imaginez pas l'angoisse que cela représente. Nous sommes touchés au plus profond de notre chair." 

Cinq longues années à s’interroger sur les causes de ce drame, sur leurs responsabilité. Les victimes espèrent avoir des réponses à leur interrogation.

Le parquet peut très bien décider de classer l'affaire sans suite ou ne poursuivre qu’une partie des mis en cause.

À ce jour, bien des questions restent sans réponse

Pourquoi une telle accumulation de troncs d’arbres à cet endroit ? Si les cours d’eau avaient été mieux entretenus, ce drame aurait-il pu être évité ? À Lamalou-les-Bains, de nombreux riverains proches de la rivière assurent qu'ils étaient entretenus. Un élu, souhaitant rester anonyme, assure de son côté que les responsables sont les communes plus en amont. L'entretien n'était pas suffisant à l'époque. 

"Ces communes n'ont pas été poursuivies à l'époque. Les représentants ont-ils seulement été  entendus ?"

Le camping, construit en 1978 à cet emplacement, avait reçu l’autorisation préfectorale. Il se trouvait pourtant sur un terrain classé en zone inondable à l'époque.

Mais le plan de prévention des risques a ensuite été modifié précisant que ce même espace, n'était plus inondable. Erreur d'appréciation, de compétences, s'interrogent des riverains.  Si tel est le cas, pourquoi l’État n’a pas été poursuivi, se demandent des proches des victimes.

Bien des questions restent sans réponse à cette heure. Mais l’instruction devrait pouvoir répondre à toutes ces interrogations.

Les victimes attendent des réponses

Michel, 79 ans, habite à 25 mètres seulement du Bitoulet, pas bien loin des Halles de Lamalou-les-bains. Le jour du drame, il s'est retrouvé avec 2.5 mètres d'eau dans son jardin. Autant dans sa maison d'un étage. Il a tout perdu comme beaucoup d'habitants. Il n'a pas porté plainte. A quoi bon dit-il.  L'assurance lui a remboursé une trés grande partie de ce qui a été endommagée

Nous sommes en vie c'est l'essentiel. Mais cette nuit-là, il a fallu faire vite. J'ai du pousser ma femme au premier étage. Elle ne voulait pas y aller.  Je lui ai dit, si tu ne montes pas, tu es morte demain. Elle m'a écouté. Quand je pense à cette mère de famille et sa fille qui sont décédées juste en bas de chez moi, coincées entre le pont et les nombreux arbres arrachés.

"Quand l'eau est entrée dans la maison elle a tout arraché en l'espace de quelques secondes. Heureusement nous avons eu le temps de monter à l'étage avec ma femme dit Michel

Michel nous montre le niveau d'eau dans sa maison après les pluies torrentielles cette nuit du 17 au 18 septembre 2014 (Lamalou-Les-Bains) - Radio France
Michel nous montre le niveau d'eau dans sa maison après les pluies torrentielles cette nuit du 17 au 18 septembre 2014 (Lamalou-Les-Bains) © Radio France - Stéfane pocher
Une mère et sa fille se sont retrouvées piégées entre cette passerelle et les arbres déracinés par les pluies torrentielles (Lamalou-les-bains) - Radio France
Une mère et sa fille se sont retrouvées piégées entre cette passerelle et les arbres déracinés par les pluies torrentielles (Lamalou-les-bains) © Radio France - Stéfane Pocher
Difficile d'imaginer l'eau sortant de son lit, noyant le premier étage des maisons à proximité dont celle de Michel, juste en face (Lamalou-les-Bains) - Radio France
Difficile d'imaginer l'eau sortant de son lit, noyant le premier étage des maisons à proximité dont celle de Michel, juste en face (Lamalou-les-Bains) © Radio France - Stéfane Pocher
Choix de la station

France Bleu