Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drame de Laurède : deux ans après avoir tué et démembré sa mère, il est déclaré irresponsable

-
Par , France Bleu Gascogne

Hugo Mazé a été déclaré irresponsable par la chambre d'instruction de la cour d'appel de Pau. Il ne sera donc jamais jugé. En 2016, il avait tué sa mère, en pleine crise de démence, à Laurède, dans les Landes.

Le corps de cette femme avait été retrouvé dans sa maison à Laurède.
Le corps de cette femme avait été retrouvé dans sa maison à Laurède. © Maxppp - Maxppp

Laurède, France

Il n'y aura donc jamais de procès pour le drame de Laurède, ce petit village situé au sud de Tartas. Hugo Mazé a été déclaré irresponsable par la chambre d'instruction de la cour d'appel de Pau le 7 mai dernier. 

Cette histoire remonte à septembre 2016. Ce jeune homme, atteint de schizophrénie, tue sa mère âgée de 67 ans pendant une crise de démence. Cela avait fait beaucoup de bruits à l'époque, car les circonstances de ce meurtre étaient particulièrement atroces. En effet, selon les témoins, des voisins qui avaient retrouvé le corps, la scène était abominable : Hugo Mazé avait poignardé sa mère, puis avait découpé sa dépouille en plusieurs morceaux avant d'essayer de les brûler dans le four de la maison.

Il ne prenait plus son traitement

Dès le départ, les forces de l'ordre avait parlé des problèmes psychiatriques de ce jeune homme, âgé de 27 ans en 2016, qui d'ailleurs ne prenait plus son traitement contre la schizophrénie. Dans son journal intime, sa mère décrivait même son inquiétude, son fils de plus en plus violent, de plus en plus incontrôlable, jusqu'à cette conclusion tragique donc, qui est partie d'une banale dispute au sujet d'un téléphone portable, en pleine crise de démence. Deux experts psychiatriques concluent donc à "l'abolition du discernement" au moment du drame.

Sa mère n'avait en fait aucun moyen de forcer son fils à prendre ses médicaments. Ce qui représente un véritable problème pour l'avocate d'Hugo Mazé. "Si cette femme avait eu le soutien nécessaire, je pense que les faits ne seraient pas arrivés", assure Katy Mira. 

Je pense que dans notre système, il y a quelque chose qui ne va pas, les parents ne doivent pas être seuls, ils doivent avoir des aides, ils doivent avoir du soutien." — Katy Mira, l'avocate d'Hugo Mazé 

Selon l'avocate, "cela devrait donner lieu à des discussions, et on devrait pouvoir imposer à des personnes de prendre un traitement à partir du moment où, comme la schizophrénie, elles sont déclarées atteintes de cette pathologie, parce qu'on l'a vu, en cas d'arrêt du traitement, les personnes peuvent devenir extrêmement dangereuses à l'égard d'eux-mêmes et à l'égard des autres."

Depuis le drame, Hugo Mazé avait été placé dans l'unité fermée de l'hôpital psychiatrique de Cadillac, en Gironde. Il restera donc là-bas.