Faits divers – Justice

Drame de Malans : un clip de prévention pour relancer la proposition de loi

Par Naïs Esteves, France Bleu Besançon et France Bleu dimanche 27 septembre 2015 à 11:27

Mélissa, Aurélia et Loann, les enfants de Marielle Paris sur le tournage du clip
Mélissa, Aurélia et Loann, les enfants de Marielle Paris sur le tournage du clip © Radio France - Naïs Esteves

L'association Amalthée Marielle tourne un clip de sensibilisation ce weekend dans le Jura. Aux manettes, les trois enfants de Marielle Paris, abattue par son voisin le 31 janvier 2013. Ce clip doit relancer la proposition de loi prévoyant des mesures préventives contre des individus jugés dangereux.

A Dole ce samedi 26 septembre et à La Barre dimanche 27, l'association Amalthée Marielle tourne un clip de prévention. Le sujet du film s'inspire du fait-divers qui a secoué le petit village haut-saônois de Malans il y a un peu plus d'un an et demi. Le 31 janvier 2013, Marielle Paris était abattue en pleine rue par un de ses voisins. Avant le drame, dix plaintes avaient été déposés à l'encontre de cet octogénaire, y compris par un ancien conseiller municipal. Le tireur a été condamné à 15 ans de réclusion en janvier dernier.

« Depuis janvier 2014, une perquisition est possible pour neutraliser une arme chez une personnes qui a fait l’objet d’une condamnation ou d'un contrôle judiciaire, mais pas lorsqu’il n'y a que des suspicions de dangerosité. »

Pour éviter de tels drames à d'autres familles, les trois enfants de Marielle Paris avait obtenus le soutien du député maire de Vesoul, Alain Chrétien. L'élu avait alors déposé, avec trente-quatre autres députés, une proposition de loi devant l'Assemblée nationale le 3 juin 2014.

Un clip pour obtenir le soutien des députés

Le texte prévoyait des mesures préventives à l'encontre d'individus jugés dangereux comme la confiscation des armes à feu. Mais « la réforme pénale de Christiane Taubira ne reprend qu’une partie du texte, regrette Aurélia Paris, la fille ainée de Marielle. Depuis janvier 2014, une perquisition est possible pour neutraliser une arme chez une personnes qui a fait l’objet d’une condamnation ou d'un contrôle judiciaire, mais pas lorsqu’il n'y a que des suspicions de dangerosité. » Là est toute la subtilité. Car même après de nombreuses plaintes, cette mesure se heurte au principe de présomption d’innocence.

Pour sensibiliser d'autres élus et relancer une nouvelle proposition de loi, Aurélia, Mélissa, Loann et les quelques quatre cents membres de l'association Amalthée Marielle, ont donc décidé de tourner un clip de prévention. Le mini-film d'une minute trente sera largement diffusé sur les réseaux sociaux à partir de sa livraison mi-novembre.