Faits divers – Justice

Drame de Malans: une marche blanche pour ne pas oublier

Par Ugo Tourot, France Bleu Besançon samedi 1 février 2014 à 19:10

s
s © Radio France - Ugo TOUROT

Malgré la pluie, près de 400 personnes ont tenu à être présentes en mémoire à cette nounou violemment assassinée dans cette petite commune de Haute-Saône il y a presque un an. Pour ne pas oublier et surtout, éviter que cela se reproduise

Elle avait 52 ans au moment du drame, l'assistante maternelle se rendait à la descente du car scolaire pour aller chercher les enfants dont elle avait la garde lorsqu'elle a reçu plusieurs balles de fusil de chasse par un voisin irascible.

Presque un an après la mort de cette nounou de Malans, près de Pesmes en Haute-Saône, une marche blanche était organisée dans le village par l'association "Amalthée Marielle" , créée par les enfants de la victime.

De Besançon, du Jura et des villages alentours, 400 personnes étaient présentes en soutien de la famille de la victime.

Une proposition de loi à l'Assemblée Nationale

Une marche placée sous le signe du recueillement et du souvenir, pour ne pas oublier ce qui s'est passé et surtout, empêcher qu'une telle tragédie puisse se reproduire.

Reportage France Bleu Besançon

Une émotion vive et persistante qui semble avoir marqué les habitants au fer rouge. A l'image du maire de la commune Jean Luc Berceot, également président de l'association "Amalthée Marielle".

Il ne se passe pas un jour sans qu'il repense à ce drame. Si bien qu'il hésite à se représenter pour un nouveau mandat de maire.

Interview

L'association "Amalthée Marielle" compte aujourd'hui près de 300 adhérents. Elle a déposé une proposition de loi à l’Assemblée Nationale qui sera bientôt examiné Une loi qui demande un renforcement de l'arsenal juridique français pour empêcher des personnes potentiellement dangereuses de commettre l'irréparable.Vous pouvez vous aussi adhérer et soutenir l'association grâce à la page Facebook "Association Marielle " et sur leur site internet: www.amalthéemarielle.org.

Partager sur :