Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une mère et son fils retrouvés morts à Héric : l’infanticide confirmé

vendredi 26 octobre 2018 à 18:16 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Les expertises ordonnées par le parquet de Nantes après la découverte des corps d’une femme et de son fils, jeudi 25 octobre à Héric (Loire-Atlantique) confirment qu’il s’agit bien d’un infanticide.

Des techniciens en investigation criminelle ont passé plusieurs heures dans la maison.
Des techniciens en investigation criminelle ont passé plusieurs heures dans la maison. © Maxppp - THIERRY BORDAS

Héric, France

C’est donc bien un infanticide qui a eu lieu à Héric, au Nord de Nantes, jeudi après-midi. Ce vendredi 26 octobre, les expertises ordonnées par le parquet après la découverte des corps d'une femme et de son fils, ont donné quelques premières réponses. 

L’autopsie du corps du jeune garçon de 11 ans confirme d’abord qu’il a été étranglé avec l’aide de liens - l’enquête doit encore préciser de quel genre – et dans la matinée. La mère de famille a d’abord déposé l’aîné du couple, un adolescent de 16 ans à son activité sportive, avant de rentrer au domicile familial et de passer à l’acte. Les analyses faites sur le corps de l’enfant diront dans les prochains jours s’il a d’abord été drogué ou s'il était conscient au moment du drame.

L’alibi du père vérifié

Mais pour les enquêteurs, il s’agit donc bien d’un homicide volontaire suivi d’un suicide. Pour eux, la mère a prémédité son geste avant de se pendre, un peu plus tard. L’autopsie de son corps et des analyses complémentaires doivent dire également si elle avait pris des médicaments ou bu de l’alcool.

Ce vendredi enfin, une nouvelle audition du père de famille et des vérifications ont permis de le mettre totalement hors de cause. Son alibi a été confirmé et le texto de son épouse, reçu en début d’après-midi, analysé. D’après lui, le couple n’avait pas de problèmes conjugaux mais des difficultés financières, qui expliquent en partie la dépression de son épouse ces dernières années.