Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drancy : un surveillant écroué pour "viol, agressions sexuelle et corruption de mineurs" dans un collège

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un surveillant d'un collège de Drancy (Seine-Saint-Denis) a été mis en examen et placé en détention provisoire le 29 février dernier, pour "viol" "agression sexuelle et "corruption de mineur", annonce lundi le parquet de Bobigny. Au moins quatre élèves ont été identifiées comme victimes à ce jour.

Tribunal de grande instance de Bobigny
Tribunal de grande instance de Bobigny © Radio France - Rémi Brancato

Le surveillant d'un collège de Drancy (Seine-Saint-Denis) a été mis en examen et placé en détention provisoire, le 29 février dernier, pour _"viol sur mineur par personne ayant autorité", "agression sexuelle sur mineur de 15 ans"et "corruption de mineur de 15 ans"_, annonce ce lundi le parquet de Bobigny, confirmant une information de RTL.

Quatre victimes identifiées

"Il y a quatre mineurs victimes" identifiées à ce jour, selon le parquet.  Les quatre plaintes ont été déposées entre février et mai. L'homme, âgé de 46 ans, aurait agit dans le collège mais aussi au domicile de ces jeunes, où il assurait des cours de soutien, selon RTL. Le parquet de Bobigny ne donne pas plus de précision sur le profil du suspect, on ne sait pas encore s'il est déjà connu de services de police et de la justice pour des faits similaires. Mais d'après nos informations, il aurait commencé par échanger des images à caractère pornographiques avec des élèves sur les réseaux sociaux.

Cellule d'écoute mise en place

Le rectorat de Créteil, contacté par France Bleu Paris, affirme que le contrat de l'assistant d'éducation "a été rompu dès l'ouverture de l'enquête". Une cellule d'écoute a été mise en place durant la semaine qui a précédé le confinement "et à la réouverture du collège pour les personnels et les élèves". Une délégation d'enseignants, de parents d'élèves élus, a été reçue par l'inspection académique. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu