Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Drapeaux sur une des églises d'Albi : l’appel au calme de l’évêque

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie

Répondre "à ces violences par des actes de fraternité". L’évêque d'Albi est revenu sur les drapeaux hissés sur l'église de Rayssac dimanche dernier. Il appelle au calme et lance des actions comme une soirée de dialogue et de convivialité ouverte à tous.

L’évêque, le curé de la paroisse et la responsable de communication du diocèse devant l'église dans le quartier de Rayssac.
L’évêque, le curé de la paroisse et la responsable de communication du diocèse devant l'église dans le quartier de Rayssac. © Radio France - SM

Dimanche dernier, le 9 février, des jeunes sont montés sur le toit de l’église Saint-Jean-Baptise d’Albi dans le quartier de Rayssac. Depuis, les réseaux sociaux et notamment  des groupes d’extrême-droite et certains élus du RN se sont emparés de cette histoire. Alors, ce jeudi, Monseigneur Jean Legrez s’est rendu dans le quartier pour appeler à l’apaisement et à la fraternité. Devant l’église, il a dit qu’une soirée de dialogue et convivialité serait organisée le  19 mars à la mi-mars. À partir de dimanche, la paroisse va aussi lancer une cagnotte pour l’association L'Aide à l'Église en Détresse au Maroc, en Tunisie et Algérie, les trois pays dont les drapeaux ont été hissés dimanche. 

Même si Monseigneur Jean Legrez ne minimise en rien l’acte qui a beaucoup choqué. "Nous sommes choqués. Ce n’est pas seulement des catholiques qui sont choqués, je pense que des musulmans et des non-croyants peuvent aussi être choqués par ces gestes. Il ne faut pas exagérer mais ces enfants, ces adolescents sont probablement manipulés. Et c’est cela qui est très grave. Et là je pense qu’il y a une valeur symbolique très forte qui heurte violemment les chrétiens. Car c’est vrai que ce sont des drapeaux nationaux mais de pays musulmans. Donc, c’est choquant. Je crois que c’est normal que nous osions dire que ce n’est pas normal. Nous voulons faire cesser toute violence. Et mon désir c’est de répondre à ces violences par des actes de fraternité." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu