Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drapeaux tricolores : "là, il se passe quelque chose"

-
Par , France Bleu Maine

François Hollande a appelé les Français à mettre un drapeau tricolore à leur domicile ce vendredi, jour d'hommage national aux victimes de l'attentat. Encore faut-il avoir un drapeau... les rares commerçants manceaux qui en vendent sont débordés.

Anita Le Coz, la patronne de l'Arlequin
Anita Le Coz, la patronne de l'Arlequin © Radio France - Alexandre Chassignon

La vague a commencé avant l'appel du président de la République. Dans ses magasins de déguisement, au nord et au sud de l'agglomération du Mans, Anita Le Coz a d'abord vu des clients de 18 à 25 ans, le week-end dernier. Le mouvement s'est ensuite étendu à toutes les tranches d'âge, "du jamais vu depuis 1998".

"Les gens ont envie d'être dans le bleu-blanc-rouge, c'est une façon de faire passer un message, ils sont révoltés, en colère", résume la commerçante. Les magasins Arlequin ont ainsi écoulé 300 drapeaux en 10 jours.

"On s'est souvent dit qu'on devrait avoir un drapeau, pour le 14 Juillet", regrette Sylvie, qui repart bredouille. Elle aura davantage de chances de succès ce vendredi matin : Anita Le Coz attend 200 drapeaux, et de nombreux clients ont insisté pour en réserver.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess