Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drogue, sexe, argent : l'overdose suspecte d'un businessman bordelais à Sydney

mardi 4 août 2015 à 19:40 Par Alexandre Blanc, France Bleu Gironde

David Monlun est décédé d'une overdose en mai 2011 dans un appartement de Sydney. Le rapport d'enquête de l'officier de justice australien écarte le suicide. On a pu droguer David Monlun a son insu.

Sydney (Australie)
Sydney (Australie) © Maxppp

Les causes du décès de David Monlun, retrouvé mort dans un appartement de Sydney en mai 2011, sont établies. L'autopsie a révélé une intoxication aux méthamphétamines et au GHB, la drogue du violeur. Reste à déterminer si le businessman a ingéré ces substances sciemment ou non.  

"David n'était ni suicidaire, ni drogué. C'est la vérité qui est en train d'éclater. Ça nous apaise" — Irène Monlun, la mère de David Monlun

Voilà quatre ans que la mère, la soeur et les deux frères du défunt se demandent comment une quantité de produits stupéfiants largement supérieure à la dose létale a pu se retrouver dans l'organisme de leur proche. Pour les services du coroner de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, l'homme d'affaire n'était pas suicidaire. "David a possiblement pu consommer de la drogue, mais on a tout aussi bien pu l'aider", confie son frère, Eric. "Je ne comprends pas qu'un frère qui a reçu la même éducation que moi, dans une famille catholique et bien sous tous rapports, a pu viré ainsi", poursuit ce médecin du centre hospitalier de Pau. En Australie, loin de sa mère adjointe au maire de Pessac, David Monlun a mené une vie de flambeur qui s'est arrêtée le 30 mai 2011. 

Un entourage sulfureux 

Les enquêteurs continuent à s'intéresser à son entourage, qui navigue en eaux troubles. Marié à une ancienne camarade de l'Ecole de commerce de Bordeaux, issu d'une famille catholique, David Monlun commence à dérailler lorsqu'il s'installe avec sa femme et sa fille en Australie. À la tête d'une entreprise de frêt aérien, le trentenaire réussit dans les affaires. Les médias australiens le présentent comme millionnaire. David Monlun divorce et se remarie à Hawaï avec Sarah Manning, une blonde plantureuse qui multiplie les conquêtes. Les témoignages recueillis lors de l'enquête la décrivent comme étant liée aux milieux de la prostitution. L'un de ses anciens petits amis a été condamné pour avoir enlevé David en 2006. 

Ces fréquentations peu recommandables gravitent aussi autour de la drogue. L'appartement de David Monlun accueillait des soirées où le sexe et les stupéfiants n'étaient pas exclus. Sharon Freund, la coroner adjointe, évoque aussi les fortes sommes d'argent que le Bordelais gardait sur lui et exhibait occasionnellement. 

La nuit de son décès, la vidéosurveillance installée au domicile de David Monlun montre que sa deuxième épouse Sarah et l'un de ses amis hospitalisé plusieurs fois pour avoir consommé du GHB, sont les deux dernières personnes à l'avoir vu vivant. Ce sont des personnes qui intéressent toujours l'enquête, précise l'officier de justice. L'enquête est désormais entre les mains d'une unité de police en charge des homicides non résolus.