Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drôme - Ardèche : à quoi va ressembler la police de demain ?

samedi 11 novembre 2017 à 5:28 Par Maxime Bacquié, France Bleu Drôme Ardèche

Grande révolution ou petite évolution, le métier de policier va évoluer en 2018 et pour dessiner les contours de la police de demain, la préfecture de la Drôme, comme toutes les autres préfectures de France, lance une grande concertation auprès des fonctionnaires et des acteurs de terrain.

Jusqu'au 15 décembre prochain, 250 000 fonctionnaires de police et de gendarmerie de toute la France vont répondre à un questionnaire pour imaginer la police de demain.
Jusqu'au 15 décembre prochain, 250 000 fonctionnaires de police et de gendarmerie de toute la France vont répondre à un questionnaire pour imaginer la police de demain. © Radio France - Maxime Bacquié

Drôme, France

250 000 fonctionnaires de police et de gendarmerie doivent répondre à un questionnaire avant le 15 décembre pour imaginer la police de sécurité du quotidien, annoncée le 18 octobre dernier par Emmanuel Macron. Le Président de la République a lancé une grande concertation, relayée par les préfectures de chaque département auprès des acteurs de terrains.

Plus de sanctions, moins de paperasse

Dans la Drôme, trois ateliers participatifs vont se dérouler dans les prochains jours, avec des élus locaux, des associations de quartier et des MJC (Maison des Jeunes et de la Culture). Le premier se tiendra le 21 novembre à Alex, puis le 30 novembre à Nyons et enfin à Valence le 6 décembre. L'objectif c'est de faire émerger des idées pour permettre à la police d'être plus efficace sur le terrain. Plusieurs pistes sont déjà étudiées avant même de connaître les résultats de ces différentes consultations.

Pour désengorger les commissariats, les agents pourraient sanctionner directement les petits délits avec des amendes forfaitaires, payées sur place. Par exemple pour l'usage de stupéfiant ou le vol à l'étalage. Dans le même esprit, les agents pourraient bientôt enregistrer les plaintes des victimes de cambriolages ou d'agression sur place, sur des tablettes numériques, pour éviter aux personnes de se déplacer.

Le grand public n'est pas directement consulté

Les autres évolutions dépendront de ce qui ressortira des ateliers et du questionnaire. On peut regretter que le grand public ne soit pas directement associé à la démarche. La préfecture de la Drôme invite tous ceux qui ont des remarques à effectuer sur ce qu'ils attendent à se rapprocher de leurs élus ou des associations de quartier.