Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : bientôt la fin des grands centres de vaccination dans la Drôme et en Ardèche ?

Par

Les grands centres de vaccination de Drôme et d'Ardèche sont presque vides ! Depuis la mi septembre, ils ne sont remplis qu'à environ 20-25% de leur capacité d'accueil. La plupart des gens sont désormais entièrement vaccinés et la pérennité de ces grands centres se pose.

Le centre de vaccination d'Annonay, vide à 17h Le centre de vaccination d'Annonay, vide à 17h
Le centre de vaccination d'Annonay, vide à 17h © Radio France - Maya Baldoureaux-Fredon

Il suffit de se connecter sur Doctolib pour s'en apercevoir : il y a énormément de créneaux de vaccination disponibles en Drôme Ardèche ! Les principaux centres ne sont remplis qu'à 20-25% de leur capacité d'accueil en moyenne, la fréquentation est en forte baisse depuis la mi septembre. Selon l'ARS, 92% des personnes éligibles ont reçu au moins une dose de vaccin dans la Drôme, 86 % en Ardèche. 

Publicité
Logo France Bleu

A Montélimar, Valence ou Aubenas, par exemple, on ne vaccine plus que 200 personnes par jour en moyenne. Au plus fort de la crise, ces centres pouvaient réaliser 800 à 1 000 injections quotidiennes.  Ces centres se sont donc réadaptés, en réduisant leurs personnels et les plages horaires pour se faire vacciner. Le centre Bachelard à Valence n'est plus ouvert que sur des demi-journées, sauf le mercredi où c'est toute la journée. Le centre d'Annonay, qui avait déménagé à l'espace Montgolfier pendant la crise pour accueillir plus de monde, est retourné à la clinique des Cévennes, où il se trouvait à l'origine. 

On se dirigerait donc peu à peu vers une fermeture des centres de vaccination "C'est normal, ça va dans le sens de l'histoire", estime Julien Alloin, directeur du centre d'Etoile-sur-Rhône. "La fin des centres est de toutes façons programmée pour la fin de l'année, comme c'était prévu dès le départ. Ils ont été ouverts pour répondre à un besoin mais ils n'ont pas vocation à perdurer. Ils coutent en plus très cher, aux hôpitaux ou à l'ARS. De semaine en semaine les demandes sont décroissantes, ça va s'épuiser naturellement."

Une vaccination plus classique pour la troisième dose

La troisième dose, pour les plus de 65 ans et les personnes avec comorbidités ayant été vaccinées il y a plus de 6 mois, ne fera à priori pas remonter la fréquentation des centres. Cette dose devrait être injectée de manière plus classique, chez le médecin traitant ou le pharmacien, comme le vaccin contre la grippe, par exemple. 

"On commence à réfléchir à d'autres stratégies pour vacciner les dernières personnes : les jeunes, les personnes précaires, avec d'autres modalités de vaccination. Les médecins, les pharmaciens, les infirmiers libéraux sont très impliqués dans le quotidien des gens ce qui devrait permettre de vacciner plus de personnes. Cette proximité permettra de faire un travail plus en dentelle, et moins de masse", estime Lucile Vercoutère, directrice du centre de vaccination Bachelard à Valence.

Le centre Bachelard  a vacciné une quarantaine de mineurs isolés en septembre. Mardi 28 septembre, les médecins du centre participeront à une action de vaccination avec la CPAM sur le marché de Fontbarlettes, pour proposer une vaccination de proximité dans un quartier où il reste encore des trous dans la raquette de la vaccination. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu