Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drôme : démantèlement d'un important trafic de cocaïne et d’héroïne en provenance de Guyane

mercredi 13 février 2019 à 16:03 Par Nathalie De Keyzer, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Onze personnes ont été mises en examen après le démantèlement de cette filière guyanaise qui approvisionnait la Drôme et l'Ardèche en cocaïne et en héroïne depuis le printemps dernier. Les gendarmes ont saisi 8 kilos de stupéfiants au total.

La drogue saisie début novembre lors d'un go-fast sur l'Autoroute A 7 à Saint-Rambert-d'Albon
La drogue saisie début novembre lors d'un go-fast sur l'Autoroute A 7 à Saint-Rambert-d'Albon - gendarmerie nationale

Valence, France

Tout est parti d'observations des gendarmes de la brigade de Tain-l'Hermitage en avril dernier. Ils remarquent des ventes de drogue plus nombreuses qu'avant dans le secteur de Pont-de-l’Isère notamment. Rapidement, l’enquête démontre que c'est une vaste filière qui est derrière tout cela. Un groupe de travail baptisé COCA 26 est mis sur pied par le Groupement de Gendarmerie de la Drôme et la Section de Recherches de Grenoble. Huit gendarmes à temps plein qui se consacrent à cette affaire. 

Des livraisons chaque semaine

Ils établissent que des livraisons sont effectuées de façon hebdomadaire en provenance de Guyane par des passeurs. Ces mules ingèrent des ovules de cocaïne ou les transportent dans leur valises. Les quantités livrées vont de 500 grammes à 2 kilos chaque semaine. En novembre dernier une "commande spéciale" oblige les trafiquants à se procurer rapidement de l’héroïne. Ils organisent donc un voyage aux pays-Bas pour s'approvisionner. Ils prennent soin d’aménager des caches spéciales dans la carrosserie de leur voiture pour dissimuler la drogue.

L'héroine dissimulée dans la voiture stoppée à Saint-Rambert-d'Albon le 5 novembre 2018 - Aucun(e)
L'héroine dissimulée dans la voiture stoppée à Saint-Rambert-d'Albon le 5 novembre 2018 - Gendarmerie Nationale

Mais ce que les trafiquants ignorent, c'est qu'ils sont attendus sur l'aire de repos de Saint-Rambert-d'Albon par 90 douaniers et gendarmes dont des membres de  l'unité d'élite du GIGN. Le go-fast est stoppé, 4 des 5 trafiquants sont interpellés. Le cinquième s'enfuit en percutant une voiture de gendarmerie. Il sera rattrapé quelques jours plus tard. Ces 5 hommes tous d'origine guyanaise et âgés de 30 à 35 ans sont placés en détention provisoire. Dans leur voiture 3 kilos 700 grammes d’héroïne et de produits de coupe ainsi que 150 grammes de cocaïne. 

Une tête de réseau arrêtée à Orly 

Le 4 février dernier à l'aéroport d'Orly c'est une des têtes du réseau qui est contrôlé à sa descente d'avion en provenance de Cayenne. L'homme transporte 2,3 kilos de cocaïne. Ce jour-là cinq autre personnes sont interpellées à Valence. Des hommes de 20 à 25 ans qui pour la plupart revendaient la drogue. Les enquêteurs saisissent également 4 kilos 400 grammes de cocaïne et prés de six mille euros en liquide. Sur ces six nouvelles interpellations, cinq suspects ont été mis en examen et incarcérés, le dernier a été laissé libre sous contrôle judiciaire. 

Un trafic très rentable  

Ce trafic était très lucratif puisque le prix d’achat de la cocaïne est estimé à 8.000 euros le kilo en Guyane ou au Suriname, le pays voisin. Or le prix estimé à la revente dans les rues de Valence est de 30.000 euros. Sachant que la cocaïne saisie est très pure et qu'elle pouvait être coupée trois à quatre fois avant d’être revendue. Le procureur de la Drôme, Alex Perrin, estime que ce trafic à rapporté au minimum 350.000 euros à ses auteurs. Ce trafic alimentait toute la Drôme et l'Ardèche à partir de Valence. 

5 700 euros saisis lors des interpellations à Valence - Aucun(e)
5 700 euros saisis lors des interpellations à Valence - Gendarmerie Nationale

Un phénomène national

Pourquoi Valence était-elle le point d'arrivée de cette filière ? Sans doute parce qu'il y a une forte communauté guyanaise bien implantée à Valence.  Mais aussi parce qu'il y a une forte demande des consommateurs de drogue affirme le Commandant Thierry Chopard de la gendarmerie de la Drôme. 

"Pour autant Valence n'est pas une exception. Le phénomène de la "filière Guyanaise" touche toute la France, avec ce système des mules qui transportent la drogue soit à l'intérieur de leur corps soit dans des valises" précise le Procureur Alex Perrin.  

Les deux mules interpellées ces deux derniers lundi à la gare TGV de Valence ne faisaient pas parti de ce réseau qui vient tout juste d'être démantelé.  Est-ce le signe qu'une nouvelle filière à déjà remplacé la première ?  Impossible à dire pour l'instant mais le Procureur Drômois conclut : " la nature à horreur du vide".