Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drôme : deux collégiens de 14 ans interpellés pour du racket

vendredi 28 septembre 2018 à 5:45 - Mis à jour le vendredi 28 septembre 2018 à 17:45 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Deux adolescents scolarisés l'un au collège Jean-Zay de Valence, l'autre au collège Gérard-Gaud de Bourg-lès-Valence, auraient tenté de racketter plusieurs élèves. Une collégienne harcelée depuis des mois a fini par donner l'alerte.

Les deux collégiens ont été interpellés mercredi
Les deux collégiens ont été interpellés mercredi © Radio France - Florence Gotschaux

Valence, France

L'affaire éclate mardi. Une collégienne rentre chez elle, en pleurs et en partie dévêtue. Dehors, deux garçons l'attendent avec ses habits et sa carte de bus. Ils veulent qu'elle leur ramène de l'argent. Devant sa mère, l'adolescente craque et raconte enfin. Cela fait des mois qu'elle est harcelée.

Trois victimes identifiées

Ses agresseurs, elle les connaît. L'un des deux est dans son collège, Jean-Zay, l'autre est scolarisé au collège Gérard-Gaud de Bourg-lès-Valence.

Combien d'élèves les deux adolescents ont-ils harcelé ? Il y aurait au moins deux autres victimes, l'une pour également une tentative de racket et une autre pour un vol à l'arraché de téléphone portable. 

Interdiction de remettre les pieds au collège

Ce vendredi, les deux collégiens ont été remis en liberté après 48 heures de garde à vue. Placés sous contrôle judiciaire, ils ont interdiction de retourner dans leur collège respectif et interdiction de sortir entre 20h et 7h du matin. Un juge pour enfants va diriger l'instruction pour identifier toutes leurs victimes.