Faits divers – Justice

Drôme : le spéléologue qui a chuté dans une grotte à Bouvante est décédé

Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu samedi 1 juillet 2017 à 23:21

Pompiers de la Drôme (image illustration)
Pompiers de la Drôme (image illustration) © Radio France

L'homme de 45 ans a chuté d'une quinzaine de mètres dans la grotte Scialet Robin sur la commune de Bouvante (Drôme). Il a succombé à ses blessures. Les opérations pour extraire la victime de la cavité ont duré toute la nuit jusqu'à 5 heures ce matin.

Cet homme de 45 ans, spéléologue au club de Privas, était en sortie avec quatre camarades. Il a chuté d'une quinzaine de mètres alors qu'il explorait, à 180 mètres de profondeur, la grotte Scialet Robin, en milieu d'après-midi ce samedi. Deux de ses compagnons sont remontés à la surface donner l'alerte vers 16h30.

Une opération de secours de 10 heures

Immédiatement, le plan ORSEC (ORganisation SECours) spécial spéléo est déclenché par la préfecture de la Drôme. Une quinzaine de spéléologues sont dépêchés sur place pour aller à la rencontre de la victime dans la cavité, une trentaine de pompiers coordonnent l'opération depuis la surface. Des médecins spécialistes arrivent de Grenoble en hélicoptère. Mais il est déjà trop tard. Les premiers constats du médecin portent à croire que le quadragénaire a succombé à ses blessures peu de temps après sa chute.

Le corps a été extrait de la cavité tôt ce matin. Il se trouvait 180 mètres sous terre. Il a été placé sur un brancard médical. Les spécialistes ont du élargir le passage. Des micro-charges explosives ont été placées dans la roche pour la fracturer dans les parties trop étroites de la cavité. Les opérations ont duré une bonne partie de la nuit.

Une enquête pour comprendre

Polytraumatisé, l'homme serait mort peu de temps après sa chute. Une autopsie doit être réalisée en début de semaine à l'institut médico-légal de Grenoble. Son matériel doit aussi être expertisé, pour voir si il n'y a pas eu défaillance. Et les quatre compagnons de la victime doivent être entendus par les enquêteurs, ils étaient trop choqués bien sûr pour être auditionnés dans l'immédiat.

Il s'agit de comprendre les circonstance de exactes de l'accident. L'enquête est menée par la brigade de La Chapelle en Vercors et par des spécialistes du peloton de gendarmerie de haute montagne isérois.

Les camarades du spéléologue ont été pris en charge sur place par une infirmière psychologue du SAMU. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de la mort.