Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Drôme : les plaintes pour violences conjugales ont bondi de 20% en 2019

Lors de la rentrée solennelle du tribunal judiciaire de Valence, le procureur de la République a indiqué que les plaintes pour violences conjugales avaient fortement augmenté l'an dernier. Ce qui ne veut pas forcément dire que les faits sont en augmentation.

L'entrée des magistrats de Valence lors de la rentrée solennelle, lundi 20 janvier 2019
L'entrée des magistrats de Valence lors de la rentrée solennelle, lundi 20 janvier 2019 © Radio France - Nathalie de Keyzer

Valence, France

Il y a eu 721 plaintes pour violences conjugales dans la Drôme en 2019 contre 604 en 2018. Difficile de savoir si les faits sont en augmentation. Ce qui est sûr c'est que les plaintes sont mieux prises en compte.  

Finies les simples mains courantes

Les violences conjugales se terminaient souvent par le dépôt d'une main courante au commissariat ou à la gendarmerie. Le procureur de la République a expliqué qu'il n'en voulait plus. Il l'a surtout écrit comme une consigne stricte et ferme aux policiers et gendarmes du département. 

Le dépôt de plainte doit être systématique. Et les plaintes sont prises en compte même si la femme n'est pas allée chez le médecin avant de porter plainte. Ce qui n'était pas le cas. Les enquêteurs demandaient d'abord un certificat médical avant de prendre la plainte. Bien souvent la femme ne revenait pas. 

Aujourd'hui les conjoints agresseurs sont presque systématiquement placés en garde à vue au lieu d'être seulement entendu. 

"On a remis de la rigueur dans le traitement de ce type de procédure." -  Alex Perrin, procureur de la République de la Drôme

Un groupe de suivi sur les violences conjugales

Le procureur de la République de la Drôme a créé un groupe de suivi sur les violences conjugales. Il est dirigé par une magistrate spécialisée dans ces affaires. Il réunit magistrats, policiers, gendarmes et associations d'aide aux victimes. Il s'agit entre autre de mieux repérer les situations délicates pour éviter qu'elles ne dégénère en faits gravissimes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu