Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drôme : "Ne faites pas n'importe quoi en montagne", l'appel à la prudence des secouristes

Prudence si vous prévoyez une sortie nature ces prochains jours. Les pompiers drômois du groupe montagne redoutent l'afflux de randonneurs mal équipés alors que la météo est piégeuse. Les opérations de secours s'étaient multipliées l'an dernier au déconfinement. Ils craignent que cela ne recommence.

Les pompiers du groupe secours en montagne de la Drôme doivent trop souvent porter secours à des randonneurs en détresse pour cause d'équipement inadapté comme ce touriste en pleine façade rocheuse avec des chaussures de plage.
Les pompiers du groupe secours en montagne de la Drôme doivent trop souvent porter secours à des randonneurs en détresse pour cause d'équipement inadapté comme ce touriste en pleine façade rocheuse avec des chaussures de plage. - Sdis 26

Les pompiers du secours en montagne de la Drôme redoutent le long pont de l'Ascension et le déconfinement. Ils prennent l'exemple de l'an dernier lorsque les limites géographiques avaient été levées. Ils avaient dû multiplier les opérations de secours qui auraient pu être évitées. De trop nombreuses personnes s'étaient ruées dans le Diois ou le Vercors afin de respirer au grand air. Des randonneurs ou amateurs de via ferrata souvent mal équipés ou trop mal préparés. Ces derniers jours ce phénomène recommence.  

Des randonneurs en crocs

Pas plus tard que ce mardi un jeune lillois équipé d'une simple paire de chaussures de tennis s'est mis en danger et a du être sauvé par toute une équipe de secouristes avec des cordes, au milieu d'une barre rocheuse. Une opération périlleuse pour tout le monde déplore Dominique Lemble le patron du groupe secours en montagne 26. Ce secouriste chevronné décrit aussi ces randonneurs ou amateurs de via ferrata qui partent marcher en montagne avec des chaussures de plage ou sans aucune  carte pour s'orienter

Météo piégeuse

Autre facteur qui aggrave le risque en cette saison : la météo particulièrement changeante. _"On arrive à avoir dans une même journée plusieurs saisons_. Un gros nuage de neige s'abat et deux heures après il fait soleil puis une violente averse arrive" assure Dominique Lemble.  "En cette saison sur la basse vallée du Rhône on a du soleil, on peut boire son café sur une terrasse et  si on monte 1500 mètres plus haut, on se retrouve à différents endroits, notamment dans les faces nord, avec des névés difficiles à traverser lorsqu'on fait de la randonnée." 

Donc vigilance et prudence sont nécessaires prévient le secours en montagne de la Drôme. Même les rivières sont dangereuses : " il y a eu de grosses chutes de pluie ces derniers jours. Les canyons sont saturés d'eau. Il y a un débit qui est énorme." Dimanche 9 mai un vacancier s'est retrouvé coincé la tête dans des branchages en se baignant dans une rivière de Taulignan (Drôme). 

Des secouristes de plusieurs départements doivent parfois intervenir, comme sur ce sauvetage d'un randonneur inexpérimenté qui a chuté en pleine escalade parce qu'il n'avait pas fait de nœud au bout de sa corde.
Des secouristes de plusieurs départements doivent parfois intervenir, comme sur ce sauvetage d'un randonneur inexpérimenté qui a chuté en pleine escalade parce qu'il n'avait pas fait de nœud au bout de sa corde. - Sdis 26

Savoir renoncer à la balade

Autre recommandation des pompiers spécialisés dans le secours en montagne : savoir faire demi-tour. Renoncer à la randonnée ou l'activité sportive en plein air si les conditions ne sont pas réunies. Dominique Lemble insiste : "le fait de renoncer fait appel à un certain nombre de comportements et souvent, on a pris une journée de congé, on a investi dans un petit peu de matériel, on s'est fixé un défi.  Et culturellement aujourd'hui, les gens ont du mal à se dire là, les conditions ne sont pas réunies. Il faut que je fasse demi-tour parce que je me mets en péril. Je mets en péril les personnes qui m'accompagnent et éventuellement les secours qui interviendront." 

"Les gens se ruent sur des pratiques nouvelles, avec souvent des équipements qui sont inadaptés ou une prise en compte du risque qui est sous estimée." - Dominique Lemble secours en montagne dans la Drôme

La sortie en raquette l'hiver est le meilleur exemple de ce comportement risqué poursuit le secouriste. "La raquette s'est démocratisée ces dernières années et on retrouve sur quasiment toutes les pentes du Vercors des gens équipés de raquettes, mais qui n'ont pas de notion de risque d'avalanche, qui n'ont pas notion de ce qu'est une pente verglacée qui se retrouve en difficulté sur une face nord où le soleil ne frappe pas l'hiver." 

Exemple typique de comportement à risque de certains amateurs de nature, inconscients des risques, ces deux amateur de via ferrata partis sans casque sur  un itinéraire drômois
Exemple typique de comportement à risque de certains amateurs de nature, inconscients des risques, ces deux amateur de via ferrata partis sans casque sur un itinéraire drômois - Sdis

Gare au rush du déconfinement dans la nature

Les pompiers du secours en montagne de la Drôme redoutent donc l'arrivée massive dans les semaines à venir de touristes qui veulent retrouver le grand air après ce troisième confinement. C'est l'expérience qui leur fait craindre le pire. L'an dernier en juillet ils ont dû intervenir trois fois plus qu'un mois de juillet normal. "On a dû réaliser sur le secteur d'Omblèze et de la cascade de la Druise jusqu‘à trois interventions dans la même journée. Et 33 interventions en tout en juillet 2020 contre 11 en juillet 2019" précise Dominique Lemble. 

Il faut parfois faire intervenir un hélicoptéres pour des personnes déshydratées et désorientées parce qu'elles sont parties sans ravitaillement et sans conscience du danger.
Il faut parfois faire intervenir un hélicoptéres pour des personnes déshydratées et désorientées parce qu'elles sont parties sans ravitaillement et sans conscience du danger. - Sdis 26
Choix de la station

À venir dansDanssecondess