Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drôme : pendant 18 ans, elle a escroqué le ministère de l'Agriculture pour près de 140.000 euros

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Une Drômoise de 57 ans a été placée en garde à vue, ce mercredi, à Valence après une longue enquête qui a mis au jour une vaste escroquerie au préjudice du ministère de l'Agriculture. Employée au CFPPA de Nyons, elle aurait détourné de l'argent pendant des années pour s'offrir des vacances.

Le commissariat de police de Valence (image illustration)
Le commissariat de police de Valence (image illustration) © Radio France - Nathalie De Keyzer

C'est une longue enquête du Groupe enquête administrative et fraude du commissariat de police de Valence qui a mis au jour cette vaste escroquerie. Cette femme âgée de 57 ans, adjointe administrative au Centre de Formation professionnelle et de Promotion Agricole de Nyons (organisme qui dépend du ministère de l'Agriculture ) aurait détourné de l'argent sur son compte bancaire pendant près de 18 ans.

Son petit manège durait depuis 2002. Elle falsifiait des documents et utilisait son RIB pour encaisser des règlements de factures, de la part, notamment, du lycée agricole du Valentin, installé à Bourg-lès-Valence.

L'employée aurait détourné en moyenne 7.500 euros par an depuis 2002

Placée en garde à vue ce mercredi dans les locaux du commissariat de Valence, elle a reconnu une partie des faits et a expliqué qu'elle avait agit ainsi pour "améliorer le quotidien de sa famille". L'argent détourné était utilisé pour les loisirs ou les vacances.

Son mari, également entendu par les enquêteurs mercredi, a affirmé qu'il n'était pas au courant des agissements de son épouse. Remise en liberté après sa garde à vue, l'employée de Nyons est repartie avec une convocation devant la justice le 9 décembre 2021.

C'est un audit interne au sein du CFPPA de Nyons, après des doutes constatés sur certains documents, qui a déclenché cette enquête.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess