Faits divers – Justice

Drôme : un homme condamné pour apologie du terrorisme et outrage après un esclandre à la CAF

Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 13 janvier 2017 à 18:50

La grande salle du tribunal correctionnel au palais de Justice de Valence.
La grande salle du tribunal correctionnel au palais de Justice de Valence. © Stéphane Milhomme - Radio France

Un homme de 59 ans condamné à 3 mois de prison ferme pour apologie du terrorisme et outrage. Le 20 décembre, il a insulté une employée de la Caisse d'Allocations Familiales de Romans (Drôme) et crié "Vive Daesh".

Cet homme de 59 ans comparaissait ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Valence. Le 20 décembre dernier, il avait vertement insulté une employée de la CAF de Romans et crié "Vive Daesh" plusieurs fois. Il souffre de troubles psychologiques et n'est pas radicalisé.

Un homme pas radicalisé, mais souffrant de troubles psychologiques

Ce Marocain explique maladroitement qu'il est musulman mais pas pratiquant, qu'il ne fait pas la prière, qu'il boit de l'alcool. Il était en colère parce que la Caisse d'Allocations Familiales lui demandait des documents complémentaires pour son dossier d'allocation adulte handicapée. Il explique avoir crié ce qui lui passait par la tête à ce moment là, "Vive Daesh", plusieurs fois. Mais ces propos ne sont pas anodins insistent le tribunal et l'avocate de la CAF, Me Sophie Turpain.

De la prison mais pas d'interdiction de territoire

Depuis l'été dernier, si un étranger est condamné pour apologie du terrorisme, le tribunal peut aussi l'interdire de territoire français, définitivement ou pour une durée donnée. Cette fois-ci, étant donné la personnalité du prévenu, étant donné ses troubles psychologiques, le tribunal n'a pas prononcé d'interdiction du territoire. L'homme écope de 6 mois de prison dont 3 mois avec sursis. Il a été conduit en prison sitôt l'audience terminée.

A noter que la CAF se porte de plus en plus souvent partie civile pour outrage contre ses agents, parce que ces altercations sont de plus en plus violentes.