Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drôme : un meurtre élucidé 19 ans après les faits grâce à l'ADN retrouvé sur un mégot de cigarette

Un quinquagénaire a été mis en examen ce vendredi pour le meurtre d'une femme à Chatuzange-le-Goubet (Drôme) en août 2001. Il a été confondu par son ADN, retrouvé à l'époque sur un mégot de cigarette et sur un vêtement de la victime.

Le palais de justice de Valence - illustration.
Le palais de justice de Valence - illustration. © Radio France - Adèle Bossard

Un meurtre élucidé 19 ans après les faits ! Un quinquagénaire "très défavorablement connu de la justice" a été mis en examen à Valence ce vendredi 5 juin, indique le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, dans un communiqué. L'homme a été confondu par son ADN après de nouvelles analyses d'un mégot de cigarette et du T-shirt de la victime retrouvés sur la scène de crime.

L'affaire démarre le 2 août 2001. Le corps de Chantal de Chillou de Saint-Albert, 55 ans et originaire d'Allauch dans les Bouches-du-Rhône, est découvert sur un chemin en bordure de l'Isère à Chatuzange-le-Goubet. Et les constatations établissent qu'elle a été tuée. Mais après des années de recherches infructueuses, l'enquête est arrêtée en 2010 et l'information judiciaire se conclut par un non-lieu.

Le quinquagénaire "reconnaît partiellement les faits"

Puis le dossier est rouvert en 2019. D'abord par le plateau d'investigation Cold Case, le PICC, du pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise, une unité de recherche spécialisée dans les affaires non élucidées. Et ces enquêteurs décident notamment de confronter d'anciens scellés aux techniques modernes de police scientifique. En octobre dernier, le procureur de la République de Valence rouvre alors l'enquête pour assassinat. Et les nouvelles analyses scientifiques révèlent que le profil génétique extrait sur un mégot de cigarette découvert sur la scène de crime correspond à celui d’un individu très défavorablement connu de la justice.

Ce quinquagénaire a été interpellé mercredi 3 juin près de Montargis, dans le Loiret, et "reconnaît partiellement les faits". Il a été présenté au juge d'instruction à Valence ce vendredi 5 juin et mis en examen pour "meurtre précédé, accompagné ou suivi d'un autre crime" et placé en détention provisoire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu