Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drôme : une apicultrice se fait voler son rucher à Montrigaud

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

C'est une très mauvaise surprise pour Pauline Girier. Ce mardi 20 avril, l'apicultrice a constaté que la moitié de ses 50 ruches installées à Montrigaud, dans la Drôme, avait été volée, le reste complètement vidé de ses abeilles.

Ce mardi 20 avril, Pauline Girier a constaté le vol et la dégradation de son rucher à Montrigaud dans la Drôme.
Ce mardi 20 avril, Pauline Girier a constaté le vol et la dégradation de son rucher à Montrigaud dans la Drôme. - Pauline Girier

Pauline Girier est une apicultrice installée à Thodure (depuis 2018), à la frontière de la Drôme et de l'Isère. Ce mardi 20 avril, alors qu'elle arrivait avec sa stagiaire sur un de ses ruchers situé à Montrigaud, elle a constaté que près de la moitié de ses 50 ruches avaient été volées, le reste complètement vidé des abeilles. "_J'étais abasourdie, j'avais les jambes coupées_, c'est très dur", explique Pauline Girier.

"C'est le travail de deux saisons qui part en l'air", s'émeut l'apicultrice de 33 ans, qui fait ce métier depuis dix ans. "On prend soin de nos abeilles, de nos ruches, c'est beaucoup de travail et on nous bousille tout ça en une nuit. C'est une importante perte, ces ruches devaient produire du miel cette saison, ça rajoute du travail, je ne rattraperai jamais ces 50 caisses, même si je suis bien assurée, si je touche des indemnités, l'argent ne fait pas tout".

"C'est écœurant, c'est injuste, c'est de la colère et la tristesse qui se mélangent"

AUDIO - Le témoignage de Pauline Girier

L'apiculture trouve "désolant" de devoir sécuriser ses ruchers

"S'il faut aller travailler avec des caméras pour sécuriser nos ruchers et mettre des puces GPS sur nos ruches, c'est désolant, c'est vraiment désolant", assure l'apicultrice, maman de deux jeunes enfants. Pauline Girier compte bien investir pour sécuriser ses ruches, mais elle précise que cela coûte cher. "Je trouve ça honteux de devoir aller travailler la boule au ventre en ne sachant pas si on va retrouver nos ruches".

"Ces vols ne doivent pas être la normalité, ce ne sont pas les valeurs du monde agricole." Elle a évidemment porté plainte en gendarmerie contre ce vol et cette dégradation de son rucher. Elle veut faire savoir que ces dégradations sont intolérables et assure que plusieurs de ses collègues déplorent également ce type de vols. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess