Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drôme : une fête d'anniversaire dégénère en "projet X"

La soirée d'anniversaire mardi soir était prévue pour une trentaine de personnes et ce sont environ 300 jeunes qui se sont présentés, à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme). Les gendarmes ont dû intervenir pour stopper les bagarres et dégradations.

Les gendarmes ont dû intervenir avec un dispositif important
Les gendarmes ont dû intervenir avec un dispositif important © Radio France - Victor Vasseur

C'est ce qu'on appelle les soirées "projet X", en référence au film éponyme où une fête d'anniversaire est envahie par des centaines de gens qui ne connaissent pas les organisateurs. C'est ce qui s'est passé mardi soir à Saint-Paul-Trois-Châteaux. A l'origine, trois jeunes filles qui organisent une soirée au domaine des frères maristes. Il y a une maison et un parc que l'institution religieuse prête parfois à des familles. Ce devait être un anniversaire avec une trentaine de personnes. 

Chaises et vaisselles cassées, tags et vols

Les jeunes femmes qui demandent une participation de 10 euros commettent l'erreur de mettre l'invitation sur le réseau social Snapchat. Environ 300 personnes arrivent alors de l'Ardèche, du Vaucluse et du Gard. Il s'agit surtout de jeunes de 18-20 ans qui arrivent des alentours : Pierrelatte, Bollène, Bourg-Saint-Andéol, Pont-Saint-Esprit. L'alcool aidant, les organisatrices perdent très vite le contrôle de certains "invités" : chaises et vaisselles cassées, tags sur les murs. Un jeune participant est frappé par d'autres et se fait voler son ordinateur portable.

18 gendarmes jusqu'à 3 heures du matin

Ce sont les gendarmes qui ont mis un terme à la soirée vers minuit. Appelés pour le tapage, ils font d'abord baisser la musique. Et découvrant l'attroupement, ils décident de refouler les participants non sans contrôler toutes les identités. 18 militaires sont restés en patrouille sur place jusqu'à 3 heures du matin pour éviter des dégradations dans la ville. Outre la responsabilité des organisatrices, les gendarmes vont tenter d'identifier les auteurs des dégradations pour les éventuelles poursuites judiciaires. Les jeunes qui ne respectaient pas les consignes sanitaires risquent a minima un PV de 135 euros. Les frères maristes vont porter plainte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess