Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Du harcèlement moral à la police municipale de Pierrelatte ?

mardi 10 avril 2018 à 2:22 Par Emmanuel Champale et Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme Ardèche

Trois plaintes pour harcèlement moral ont été déposées contre la chef de la police municipale de Pierrelatte (Drôme). Face à cette situation, une réunion extraordinaire est prévue mardi en mairie.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Nathalie De Keyzer

Y-a-t-il du harcèlement moral à la police municipale de Pierrelatte ? Ce qui est sûr, c'est que la situation est très tendue. Une réunion extraordinaire doit se tenir ce mardi après-midi en mairie : un CHSCT, comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, est convoqué en urgence. 

Trois plaintes contre la chef de service

En fin de semaine dernière, trois plaintes ont été déposées pour harcèlement moral contre la chef de service de la police municipale. Manuel Herrero, en charge du dossier au syndicat UNSA-territoriaux, explique que "les agents dénoncent la multitude de plannings, jusqu'à 17 dans le mois, qui changent parfois même en pleine nuit". "Je suis très inquiet, dit-il, parce que ce sont des agents qui sont fatigués, pour certains sous l'emprise de médicaments. C'est un personnel qui est armé. Il ne faut pas prendre ça à la légère.

"Les agents sont fatigués, pour certains sous l'emprise de médicaments" - Manuel Herrero, du syndicat UNSA-Territoriaux

La police municipale de Pierrelatte compte 16 agents. Et le maire Alain Gallu, assure qu'il n'a pas été alerté. "Aucune personne n'est venue se plaindre de harcèlement. On a beaucoup de manifestations et donc on avait un besoin en 2016 et 2017 de faire travailler un petit peu plus les gens, donc en heures supplémentaires, mais elles sont toutes payées ou récupérées en RTT, aucun problème."

"Aucune personne n'est venue se plaindre de harcèlement" — Alain Gallu, maire de Pierrelatte

Pour clarifier les choses, le maire de Pierrelatte annonce donc une réunion extraordinaire ce mardi après-midi. Manuel Herrero, le syndicaliste de l'UNSA, approuve. Pour lui, il faut régler la situation au plus vite. Son organisation demande notamment qu'un second chef de poste soit nommé de manière urgente.