Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dune du Pilat : l'ex-directeur de cabinet du maire de Montluçon reconnu coupable après un stationnement illégal

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu Pays d'Auvergne

En août 2018, Yves Lasmartres s'était garé sur un parking de bus pour accéder plus facilement à la Dune du Pilat (Gironde). La justice lui reprochait l'usage d'un pare-soleil au sigle "Police" pour éviter d'être sanctionné. Reconnu coupable, il est néanmoins dispensé de peine.

Yves Lasmartres comparaissait devant le tribunal correctionnel de Bordeaux.
Yves Lasmartres comparaissait devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. © Radio France

Bordeaux, France

"Une infraction d'une banalité crasse" résume Maître Hachard, l'avocat bordelais de l'ex-directeur de cabinet du maire de Montluçon. Dans une salle presque vide, ce vendredi en début de soirée au tribunal correctionnel de Bordeaux, Yves Lasmartres explique "un geste inapproprié" mais assure qu'il n'a pas voulu "bénéficier d'un passe-droit.

Ce 7 août 2018, il veut se garer près de la dune du Pilat, ne trouve pas de place de parking et, pressé d'escalader la dune alors que l'après-midi touche à sa fin, il se gare sur un emplacement réservé aux bus.  Une faute qu'il reconnaît, et pour laquelle il a reçu une contravention, mais ce que le tribunal veut savoir, c'est s'il a laissé intentionnellement un sigle "Police" sur son pare-soleil, pour éviter d'être sanctionné. 

J'aime que les choses soient claires : la police...c'est les forces de police ! - Le procureur

Pour le procureur, "l'intention y était" et "la police...c'est les forces de police !" Autrement dit, Yves Lasmartres, continue le procureur, n'aurait jamais dû avoir en sa possession un sigle réservé aux seules forces de l'ordre.  L'ex-directeur de cabinet explique qu'il a récupéré cet accessoire pendant la campagne présidentielle de 2017 et l'avoir conservé "au cas où." "La loi c'est la loi" rétorque le procureur. Il demande comme peine un stage de citoyenneté et un retrait du permis de conduire pour 3 mois. 

Les gens qui gravitent autour du pouvoir, on veut les clouer au pilori ! - Maître Hachard, avocat d'Yves Lasmartres

Son avocat estime qu'Yves Lasmartres est victime d'un contexte particulier, "quinze jours avant [l'infraction] on a l'affaire Benalla" et que la demande de retrait du permis de conduire est sévère. Il explique que son client a été licencié fin 2018, après avoir été sous le coup d'une suspension administrative, qu'il est aujourd'hui au chômage et que cette infraction "a eu des conséquences sur sa vie (...) sa compagne l'a quitté."

Une ascension qui vous a occasionné une grande descente ! - Le président 

Le tribunal n'a pas suivi le procureur et, visiblement sensible aux arguments de Maître Hachard et au récit du prévenu qui relate se retrouver "à 54 ans sans emploi et quasi sans possibilité de retrouver un poste à responsabilités", dispense Yves Lasmartres de peine tout en le déclarant coupable. Pour résumer, le président s'autorise un trait d'humour : "c'est une ascension qui vous a occasionné une grande descente." Ni Yves Lasmartres ni Me Hachard, qui n'ont pas souhaité réagir à l'issue de l'audience, n'ont ri. 

Choix de la station

France Bleu