Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dunkerque : 300 policiers et agents pour sécuriser le carnaval

samedi 2 mars 2019 à 2:41 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord et France Bleu

Policiers, gendarmes, policiers municipaux et vigiles… Plus de 300 agents publics et privés seront mobilisés pour assurer la sécurité durant le carnaval de Dunkerque, ce dimanche. Il y aura aussi une vingtaine de caméras et un hélicoptère.

Interdictions de stationner, blocs béton anti-bélier, périmètre sécurité, palpations aux accès et plus de 300 agents mobilisés : le carnaval de Dunkerque sera en sécurité, ce dimanche.
Interdictions de stationner, blocs béton anti-bélier, périmètre sécurité, palpations aux accès et plus de 300 agents mobilisés : le carnaval de Dunkerque sera en sécurité, ce dimanche. © Radio France - Matthieu Darriet

Dunkerque, France

La bande des pêcheurs doit s’élancer à 15h, ce dimanche, à Dunkerque, pour se terminer par le rigodon, place Jean-Bart à 19h, après une escale devant la mairie pour le jet de harengs. Le tout dans un périmètre sécurisé, avec contrôles des accès, explique Patrice Vergriete, le maire de Dunkerque : "On a gardé la même philosophie que les années précédentes, c'est-à dire un dispositif avec un périmètre de sécurité, des interdictions de stationner, des blocs en béton anti-bélier, et puis un système de palpation, pour accéder au cœur de la fête". 

On a aussi beaucoup plus de caméras qui nous permettent d'être très réactifs en cas de malaise ou de début de bagarre. 

Malgré le risque terroriste, il n'est pas question d’empêcher les 30.000 carnavaleux attendus de faire la fête. Mais ce sera en toute sécurité explique Eric Etienne, le sous-préfet, qui doit gérer pas moins de 150 manifestations carnavalesques, dans son arrondissement de Dunkerque  : "La menace est encore malheureusement élevée. Et elle nous traverse l'esprit quotidiennement, mais il faut continuer à vivre ; il faut continuer à faire la fête."

Les gens acceptent cela parce qu'ils savent que la menace est relativement élevée, comme au marché de Noël de Strasbourg.

L'amélioration du dispositif de sécurité va permettre, cette année, un retour de la bande de Malo sur 200 m de digue, le dimanche 10 mars.