Économie – Social

Dure semaine pour les salariés de Tilly Sabco

Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel mardi 27 décembre 2016 à 18:37

L'abattoir Tilly-Sabco à Guerlesquin
L'abattoir Tilly-Sabco à Guerlesquin © Radio France - Valérie Le Nigen

Ils ne savent pas encore qui sera licencié. La semaine de trêve des confiseurs est rude pour les 195 salariés de Tilly Sabco à Guerlesquin dans le Nord Finistère.134 d'entre eux vont devoir quitter l'usine. La liste sera communiquée jeudi dans la matinée.

Le repreneur désigné par le tribunal de commerce de Brest, le hollandais Wegdam Food Link BV, repart avec seulement 61 salariés. les Tilly avait jusqu'à lundi midi pour être candidat à un départ volontaire, qu'il s'agisse d'un départ en retraite ou un départ pour projet personnel. Jeudi dans la matinée, l'administrateur communiquera une liste aux représentants du personnel par téléphone. Les Tilly auront alors le choix : appeler leurs délégués pour tenter de savoir si leur nom est sur cette liste, ou attendre la lettre de licenciement annoncée le 2 ou 3 janvier. Ceux qui sont gardés le sauront parcequ'il n'y aura pas de courrier. Le stress est évidemment important.

Un système de points

De source bien informée, on apprend que l'administrateur se base sur les métiers nécessaires mais aussi sur un système de points. Par exemple, 28 des 83 ouvreirs polyvalents doivent être licenciés. L'age est pris en compte : 4 points pour les salariés entre 45 et 50 ans. 5 points pour les plus de 50 ans. 5 points de plus en cas d'ancienneté de plus de 25 ans. Le barème prévoit 1 point par enfant. 2 points de plus pour les parents isolés qui élèvent seuls des enfants.

Le choix de partir pour laisser une place

Ce weekend, deux hommes d'environs 58 ans ont fait savoir qu'ils étaient candidat au départ volontaire. En combinant le CSP ( Contrat de Sécurisation professionnel) et un peu de chômage, ils espèrent s'en sortir jusqu'à l'age légal de la retraite. Ils laissent leurs places à deux plus jeunes qui auraient du mal à retrouver du travail. Tilly se trouve à une encablure de l'ancien abattoir Gad ou 897 emplois ont été supprimés il y a trois ans.

Un numéro de soutien psychologique

Une psychologue reste à disposition des salariés pour des entretiens téléphoniques ou de visu. Il s'agit du 0800 104 031