Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Echauffourées entre policiers et carnavaliers à Marseille

dimanche 13 mars 2016 à 21:41 Par Maud De Bourqueney et Gabriel Massenot, France Bleu Provence et France Bleu

La situation était tendue dimanche après-midi dans le centre-ville de Marseille, du côté de la Canebière. Une interpellation en plein cortège du carnaval de Noailles a mal tourné. Des policiers ont frappé la foule avec des matraques téléscopiques.

Des affrontements entre carnavaliers et policiers dimanche après -midi
Des affrontements entre carnavaliers et policiers dimanche après -midi © Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE

Marseille, France

Un carnaval a mal tourné dimanche à Marseille, dans le quartier Noailles, juste à côté de la Canebière. Tout est parti d'une interpellation. Un individu qui tentait de taguer une caméra de vidéo-surveillance a été arrêté par des policiers en civil, alors qu'il se trouvait perché sur un poteau.

Mais comme ils ne portaient ni brassard, ni signe distinctif indiquant leur qualité de policiers, ils ont été pris à partie par la foule qui croyait avoir affaire à de simples agresseurs. Six policiers ont répliqué dans la seconde, dégainant des matraques télescopiques et frappant sans distinction parmi les carnavaliers.

Un policier a ensuite été blessé, après avoir reçu un projectile à la tête.

Parmi la foule se trouvait de nombreuses familles avec enfants, ces coups de matraques ont eu pour effet de créer un mouvement de panique, et le cortège s'est éparpillé dans les rues adjacentes.

Des renforts de CRS sont ensuite arrivés sur place, et des policiers en civils ont fait usage de bombes lacrymogènes pour disperser la foule.

Ce Carnaval populaire est souvent l'occasion d'exprimer certaines revendications politiques : cette année le chantier de ré-aménagement du quartier de la Plaine.