Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ecole Marca de Pau : la procureure classe les plaintes des parents d'élèves contre l'enseignante

mardi 2 octobre 2018 à 19:29 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Nous nous sommes procuré la lettre écrite par Cécile Gensac, la procureur de Pau aux parents d’élèves plaignants. Elle les informe qu'elle a pris une décision de classement sous conditions de suivi et d'aide de l'enseignante jusqu'à la fin de l'année scolaire.

L'entrée de l'école Marca dans le quartier du château à Pau
L'entrée de l'école Marca dans le quartier du château à Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Dans l'affaire de l'école Marca, la procureur de la république de Pau a décidé un classement sans suite. Quelques jours après la rentrée des classes, sept parents d'élèves ont déposé plaintes contre la nouvelle institutrice de CM1. Des plaintes pour violences psychologiques. La police a enquêté, entendu, l'enseignante, les parents et les élèves. Cécile Gensac, la procureure a écrit aux parents pour les informer de sa décision de classement sans suite, mais "sous conditions de suivi et d'aide personnelle" pour la maîtresse d'école.

Cécile Gensac, la procureur de la république de Pau - Radio France
Cécile Gensac, la procureur de la république de Pau © Radio France - Daniel Corsand

C'est ce que l'on appelle une mesure d'alternative aux poursuites pénales. Dans ce courrier que nous nous sommes procuré, la procureur écrit que _"certains faits s'analysent en faits pénaux"_, ayant occasionné des troubles psychologiques. Par exemple, "des mots dégradants, faire répéter des phrases humiliantes, ou des gestes de brutalités sur le matériel". La procureur dit aussi que "d'autres faits ne relèvent pas de la volonté d'attenter à l'intégrité des élèves". Comme se tenir droit ou de ne pas parler sans y être autorisé. Donc classement sans suite, à conditions que l'enseignante ait un suivi adapté pendant les 9 mois d'école qui restent. Elle devra justifier tous les mois de ce suivi. Elle n'est pas interdite d'exercer. Mais elle est sous surveillance en quelques sorte. L'objectif de cette décision de justice, est de répondre aux plaintes, et de jouer l’apaisement.

Pierre Barriere, l'inspecteur d'académie, que nous avons joint dit attendre la communication officielle de la procureure de la république avant de se positionner sur le maintien ou non de cette enseignante dans cette classe de l'école Marca.