Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Educateur tué à Nantes : "Il y a un avant et un après"

-
Par , France Bleu Loire Océan
Nantes, France

Le Service Social de Protection de l'Enfance reste profondément meurtri par la mort d'un de ses éducateurs poignardé dans ses locaux sur l'Ile de Nantes alors qu'il tentait de s'interposer entre un père et une mère. C'était le 19 mars 2015, et depuis rien n'est comme avant.

Cécile De Oliveira représente le Service Social de Protection de l'Enfance.
Cécile De Oliveira représente le Service Social de Protection de l'Enfance. © Radio France - Pascale Boucherie

Deux ans et demi après le coup de couteau qui a coûté la vie à un éducateur spécialisé de 49 ans, le Service Social de Protection de l'Enfance (SSPE) reste profondément marqué.

Pour les salariés ce crime reste un traumatisme majeur. Plusieurs éducateurs ont vécu des arrêts de travail très longs. Certains sont en invalidité et certains ont changé de carrière professionnelle."- l'avocate Cécile De Oliveira.

Le SSPE est représenté par l'avocate Cécile De Oliveira.

Il y a un avant et un après. Les éducateurs travaillaient avec des personnes difficiles et ils pensaient arriver à gérer ces situations. L'histoire du 19 mars 2015 vient leur opposer l'horreur et le travail est profondément modifié."

Les visites médiatisées sont maintenues pour les enfants qui sont placés. Uniquement. Et cela concerne la totalité du département de Loire-Atlantique.

Pour tous les enfants dont les parents sont séparés et les enfants non placés, il n'y a plus de visite médiatisée, et cela pose problème car la demande est forte. Ce n'est pas quantifiable, mais plusieurs centaines d'enfants pourraient être concernés."- Cécile de Oliveira.

Le procès du meurtrier présumé de l'éducateur est sur le point de se terminer devant la cour d'assises de Loire-Atlantique. Verdict attendu jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess