Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Ehpad de la Rosemontoise : une enquête ouverte pour homicide involontaire

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le parquet de Belfort ouvre une enquête pour homicide involontaire après la plainte déposée mi-juin par la famille d'une soignante décédée durant la crise du covid-19 à l'Ehpad La Rosemontoise de Valdoie.

L'Ehpad est placé sous administration provisoire depuis le 6 avril dernier.
L'Ehpad est placé sous administration provisoire depuis le 6 avril dernier. © Maxppp - Michael DESPREZ

Une enquête pour "homicide involontaire" a été ouverte après le dépôt de plainte de la famille d'une aide-soignante décédée des suites du Covid-19, après sa contamination dans l'Ehpad du Territoire de Belfort où elle travaillait, a-t-on appris auprès du parquet de Belfort.

Cette maison de retraite, où une trentaine de résidents sont décédés du Covid-19, a été placée le 6 avril dernier sous administration provisoire par l'Agence régionale de santé (ARS) et le Conseil départemental du Territoire de Belfort en raison de dysfonctionnements dans la mise en place des mesures de protection sanitaires.

Deux sœurs de l'aide-soignante de 53 ans qui travaillait depuis 1989 à l'Ehpad La Rosemontoise, à Valdoie près de Belfort, avaient déposé plainte pour homicide involontaire, mise en danger de la vie d'autrui et non assistance à personne en péril.

"J'espère que nous nous retrouverons (...) avec en face de nous les responsables du décès de Madame Boulak" - Me Fabien Arakélian, avocat des sœurs de la victime

Selon Fabien Arakélian, l'avocat qui défend la famille, il s'agirait d'une première plainte concernant le décès d'une aide soignante. Il se félicite de la décision du parquet: “Lorsque le procureur de la République décide de l'ouverture d'une enquête préliminaire, c'est bien la démonstration que cette plainte est loin d'être fantaisiste, déclare-t-il. Mes clientes vont être entendues bien évidemment. J'espère que le procureur de la République sollicitera ensuite l'ouverture d'une information judiciaire c'est-à-dire qu’un juge indépendant instruira ce dossier.”  

L'avocat se veut optimiste:J'espère que nous nous retrouverons devant une juridiction de jugement avec en face de nous les responsables du décès de Madame Boulak”, conclut l’avocat. 

Le procureur de la République de Belfort, Eric Plantier, avait confirmé à l'AFP avoir reçu la plainte le 18 juin et avoir "diligenté une enquête du chef d'homicide involontaire". Le fils d'un résident de cette maison de retraite a lui aussi porté plainte après la mort de son père le 28 mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu