Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drame de l'Ehpad du Lherm : l'hypothèse de l'intoxication alimentaire confirmée

Le procureur de la République de Toulouse tient ce jeudi une conférence de presse. C'est la première fois que les enquêteurs communiquent officiellement depuis le décès des cinq pensionnaires de la maison de retraite du Lherm en Haute-Garonne. Une information judiciaire va être ouverte.

Le procureur de la République de Toulouse, Dominique Alzeari
Le procureur de la République de Toulouse, Dominique Alzeari © Radio France - Magalie Lacombe

Lherm, France

Quatre jours après le drame de la maison de retraite de la Chêneraie au Lherm près de Toulouse, le procureur de la République de Toulouse a donné ce jeudi après-midi les premiers résultats des analyses devant la presse. Dominique Alzeari avait d'abord rencontré les familles des victimes hier dans l'après-midi au Palais de justice de la ville rose, une étape indispensable selon lui avant de communiquer avec la presse.

En tout, 26 personnes ont été victimes de cette intoxication. Les cinq personnes décédées étaient âgées de 72 à 95 ans. Une douzaine de victimes étaient encore hospitalisées hier. Lundi puis mardi, cinq autres personnes de l'Ehpad ont été victimes de malaises.

En l'état actuel de l'enquête, les causes formelles des décès ne sont pas établies. Deux des victimes sont mortes de troubles cardio-respiratoires "secondaires à un choc toxique compatible avec une intoxication alimentaire". Pour les trois autres victimes décédées, le légiste ne se prononce pas et les analyses n'ont pas permis de déterminer avec précision les causes de la mort. L'enquête est d'autant plus complexe que certaines personnes n'ont pas été malades après avoir mangé la même salade périgourdine. Pour les enquêteurs, il est donc prématuré de dire que le choc toxique est lié à la prise du dernier repas.

L'hypothèse d'une intoxication alimentaire est tout de même confirmée par le procureur, au vu des résultats des premières analyses. Il confirme que les repas étaient préparés sur place à partir d'ingrédients livrés par la société Sodexho. Les cinq personnes décédées avaient consommé des repas mixés, lissés ou liquide, c'est-à-dire que la salade avait été transformée (passée au mixeur ou dans une autre machine) avant de leur être servi.  On sait aussi que moins d'une dizaine de personnes étaient présentes dimanche soir pour encadrer les résidents.

Il reste encore de nombreuses auditions et constatations à réaliser. Et surtout beaucoup d'analyses scientifiques, le procureur précisant bien qu'on ne connait pas encore la nature des bactéries présentes. Le procureur ajoute que l'Ehpad du Lherm, qui accueille plus de 80 personnes, avait fait l'objet d'une mise en demeure en 2013 concernant des "remises à niveau" nécessaire pour l'établissement.

Dominique Alzeari annonce aussi logiquement l'ouverture prochaine d'une information judiciaire dans cette affaire. Treize plaintes ont été adressées au parquet pour le moment.