Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élevage insalubre de canards à Lichos : deux sites landais du gérant accusé par L214 fermés par la Préfecture

La préfecture des Landes ordonne la fermeture administrative de deux sites landais du gérant du couvoir de Lichos (64) mis en cause par L214. Il s'agit d'un bâtiment non déclaré abritant des canards reproducteurs à Cassen et d'un site déclaré sans activité à Momuy. En cause notamment : l'hygiène.

La préfecture des Landes a notamment ordonné la fermeture administrative d'un bâtiment non déclaré à Cassen abritant une centaine de canards reproducteurs dans des conditions non réglementaires
La préfecture des Landes a notamment ordonné la fermeture administrative d'un bâtiment non déclaré à Cassen abritant une centaine de canards reproducteurs dans des conditions non réglementaires © Radio France - Emmanuel Claverie

La préfecture des Landes a diligenté une inspection sanitaire des exploitations landaises du gérant du couvoir insalubre de Lichos mis en cause par l'association de défense des animaux L 214.

Le directeur de la DDCSPP (direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) des Landes, Franck Hourmat, s'est rendu ce vendredi 21 août, avec deux agents des services vétérinaires, sur toutes les exploitations connues de cet éleveur de 42 ans. L'objectif était de vérifier qu'elles étaient bien en règle sur le plan de la protection animale et de la protection de l'environnement.

Les services vétérinaires se sont rendus à Cassen, près de Montfort-en-Chalosse, où l'agriculteur élève 30 000 poulets et des canards. Si les bâtiments abritant ces animaux étaient en règle, ils ont en revanche découvert un bâtiment non déclaré. Dans ce bâtiment non déclaré de l'exploitation de Cassen, les agents des services vétérinaires ont découvert "des animaux dans des conditions d'hygiène déplorables portant atteinte à la protection animale" en l'occurrence, une centaine de canards reproducteurs.

Le dossier transmis au parquet

Les canards étaient enfermés dans des cages en mauvais état susceptibles de les blesser, ils étaient abreuvés et nourris mais les conditions d'hygiène générale et la température du bâtiment, la ventilation mécanique ne fonctionnant pas, imposaient une demande de fermeture administrative. Les services vétérinaires ont en effet relevé la "présence de cadavres décomposés, des problèmes d'évacuation de lisiers, des conditions d'hygiène absolument anormales" explique le directeur de la DDCSPP des Landes.

La préfète des Landes a donc signé un arrêté de fermeture administrative. Le dossier va être transmis au parquet qui décidera d'éventuelles suites judiciaires

Les services vétérinaires des Landes ont demandé l'évacuation des animaux et la remise en état de ce bâtiment non déclaré de Cassen avant d'envisager sa réouverture. L'agriculteur, qui n'était pas présent lors du contrôle, devra aussi le déclarer. L'éleveur, un homme de 42 ans qui exerce depuis de nombreuses années, pourra s'expliquer dans le cadre d'une procédure dite d'audition libre.

Les inspecteurs des services vétérinaires des Landes ont découvert à Cassen un bâtiment non déclaré avec une centaine de canards dans des conditions d'hygiène anormales explique Franck Hourmat, directeur de la DDCSPP des Landes

Un autre bâtiment de l'éleveur contrôlé à Momuy

Les services vétérinaires ont également inspecté un bâtiment de cet agriculteur landais à Momuy, près d'Hagetmau, un bâtiment où il n'y avait pas d'animaux vivants à l'intérieur. Ce site a aussi fait l'objet d'un arrêté préfectoral d'interdiction pour "empêcher que des animaux soient installés vu les conditions générales du bâtiment" explique le directeur de la DDCSPP des Landes. 

Sur ce site de Momuy, il y a aussi, des problèmes de lisiers non évacués, des problèmes de stockage non maîtrisés.  Les services vétérinaires des Landes demandent un nettoyage et une remise en état complète avant toute réintroduction d'animaux.

Ce bâtiment d'élevage de Momuy avait été déclaré comme non utilisé à l'Administration depuis 2017. Le dernier cheptel en place à cette époque avait été euthanasié car il y avait des cas de grippe aviaire parmi les animaux. Pourtant, depuis, "il y a des mouvements d'animaux qui n'ont pas été déclarés à l'Administration, l'exploitant devra s'expliquer" assure Franck Hourmat.

Sur ce site de Momuy, les services vétérinaires doivent vérifier "quelques écoulements dans des volumes extrêmement faibles. Il n'y a pas de risque majeur pour l'environnement" indique le directeur de la DDCSPP des Landes.

Les inspecteurs des services vétérinaires des Landes travaillent aussi sur un site qui n'appartient pas à l'agriculteur visé par L214 mais qui le loue à Larrivière-Saint-Savin, près de Grenade-sur-l'Adour. Il y a "des constats non conformes à la réglementation" mais la DDCSPP des Landes doit comprendre la responsabilité entre le propriétaire et le locataire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess