Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Faits divers – Justice DOSSIER : France Bleu Montagne

Élisabeth Revol est arrivée à l'hôpital de Sallanches en Haute-Savoie

mardi 30 janvier 2018 à 15:22 Par Nelly Assénat, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

L'alpiniste Elisabeth Revol, secourue le week-end dernier lors d'une périlleuse opération sur le sommet de l'Himalaya Nanga Parbat, a quitté le Pakistan ce mardi matin vers 03h00 (07h00 heure française).

Elisabeth Revol à Autrans avec France Bleu en décembre 2017
Elisabeth Revol à Autrans avec France Bleu en décembre 2017 © Radio France - France Bleu

Sallanches, France

Elle rentre enfin en France. L'alpiniste française Élisabeth Revol, secourue ce week-end lors d'une périlleuse opération sur le Nanga Parbat, le neuvième sommet le plus haut du monde, a quitté le Pakistan ce mardi matin à 03h00 selon Karrar Haidri, porte-parole du Club Alpin Pakistanais qui s'est confié à l'Agence France Presse. Elle arrive ce mardi soir en France, à l'hôpital de Sallanches en Haute-Savoie. Elle est actuellement hospitalisée ce mardi après-midi à l'hôpital de Genève où elle a été placée en caisson hyperbare (qui aidera à la cicatrisation des plaies).

"Je reviendrai grimper des montagnes au Pakistan mais pas le Nanga Parbat" — Élisabeth Revol

"Au revoir le Pakistan, je reviendrai grimper des montagnes au Pakistan mais pas le Nanga Parbat", a déclaré Elisabeth Revol dans un message diffusé par le Club Alpin Pakistanais à l'occasion de son départ.  "Remerciements à tous les responsables, y compris l'armée pakistanaise, le Club Alpin Pakistanais et les autorités locales", a-t-elle ajouté dans son message.

Une conférence de presse est organisée ce mardi après-midi à l'hôpital de Sallanches

Une conférence de presse a été organisée ce mardi après-midi à l'hôpital de Sallanches en présence de l'alpiniste française Catherine Destivelle et du Docteur Frédéric Champly, médecin urgentiste à l'hôpital de Sallanches. Ils confirment qu'Élisabeth Revol restera huit jours à l'hôpital de Haute-Savoie.

Catherine Destivelle et le Dr Champly (à d.) ce mardi à l'hôpital de Sallanches - Radio France
Catherine Destivelle et le Dr Champly (à d.) ce mardi à l'hôpital de Sallanches © Radio France - Marie Ameline

La jeune femme Élisabeth Revol a été sauvée alors qu'elle se trouvait en grande difficulté à très haute altitude en redescendant sur les flancs du Nanga Parbat, un sommet de l'Himalaya pakistanais (8.125 mètres), surnommé la "montagne tueuse". Quatre alpinistes polonais sont intervenus acheminés par air depuis le camp de base d'un autre sommet. Les sauveteurs ont gravi sans corde fixe et de nuit 1.200 mètres par une route très difficile. 

Les sauveteurs n'ont pas été en mesure d'atteindre son compagnon de cordée, le Polonais Tomek Mackiewicz, resté bloqué plus haut sur la montagne, et ont dû prendre la "décision terrible et douloureuse" de le laisser là.