Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Elle avait renversé un piéton : une automobiliste de 80 ans condamnée pour homicide involontaire à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Le tribunal correctionnel d'Orléans condamne ce jeudi une femme de 80 ans à douze mois de prison avec sursis et l'annulation de son permis de conduire, après un accident en 2016 à Orléans. Le parquet avait estimé, à l'audience, que la dame n'était "plus apte à conduire".

Palais de justice d'Orléans
Palais de justice d'Orléans © Radio France -

Une femme de 80 ans a été condamnée pour homicide involontaire et pour conduite à une "vitesse excessive eu égard aux circonstances" ce jeudi après-midi par le tribunal correctionnel d'Orléans. Au volant de sa voiture, elle avait renversé un homme de 82 ans sur le parking d'un centre commercial du quartier la Source, à Orléans, le 25 septembre 2016. L'homme, sérieusement blessé, était mort cinq mois plus tard.  

Le permis de conduire annulé

Le tribunal condamne l'automobiliste à douze mois de prison avec sursis, à verser un peu plus de 30.000 euros au titre du préjudice moral et matériel à la famille de la victime et à une annulation du permis de conduire (avec interdiction de le repasser pendant deux ans). "Autant dire que le tribunal souhaite que ma cliente ne puisse plus conduire", estime Maître Monamy.

Un procès en appel ?

L'avocate de l'octogénaire avait contesté la qualification d'homicide involontaire lors de l'audience (estimant, certificat médical à l'appui, que l'accident n'avait pas provoque le décès), et "se réserve donc la possibilité de faire appel" dans les dix jours. Sophie Monany rappelle que sa cliente estime "savoir conduire" et a besoin de son véhicule "pour aller chaque jour voir son mari, malade, à l'Ehpad". Le parquet d'Orléans, lors de l'audience, avait au contraire estimé que l'octogénaire "n'est plus apte à conduire". 

Certains seniors dangereux au volant ?

Cette condamnation relance-t-elle le débat sur les personnes âgées au volant ? "Dans les faits, les seniors sont généralement plus les victimes que les responsables des accidents : ils roulent plutôt lentement, on le leur reproche souvent, sont très prudents. Il ne faut pas stigmatiser les personnes âgées", estime le président de la Ligue contre la violence routière du Loiret. 

Pour Pierre-Louis Valls, ce n'est donc pas la peine d'imposer une visite médicale obligatoire ou un examen du permis ou du code de la route après un certain âge : "Le médecin de famille, l'entourage, sont très importants pour trouver la solution pour que les personnes âgées puissent malgré tout se déplacer : leur retirer la voiture souvent, c'est les priver de tout, c'est les exclure, et ce n'est pas ce qu'on souhaite".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess