Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Elle exige la vérité sur la mort de son fils près de Perpignan

mercredi 16 mai 2018 à 16:37 Par François David, France Bleu Roussillon

Pascale Pierru a obtenu la réouverture de l’enquête sur la mort de son fils en 2014. Le corps d'Adrien, 16 ans, a été retrouvé dans un ruisseau à Corneilla-la-Rivière (Pyrénées-Orientales). Aux yeux de sa mère, la première enquête a été "bâclée".

© Radio France - FD

Perpignan, France

À la fin du mois de mai, Pascale Pierru sera reçue pour la première fois par un juge d’instruction au palais de justice de Perpignan. Quatre ans après la mort de son fils, elle réclame de "connaître enfin la vérité". Adrien avait 16 ans lorsque son corps a été retrouvé dans un ruisseau, en janvier 2014 à Corneilla-la-Rivière, près de Perpignan. 

Il avait disparu deux jours plus tôt, à l’issue d’une soirée entre jeunes dans un mas isolé. Très vite, la gendarmerie a conclu à une noyade sur fond d'alcoolémie excessive. Mais Pascale Pierru estime que l'enquête a été "bâclée",  avec "beaucoup d’erreurs, de négligences, d’oublis et de témoignages qui se contredisent".

« Adrien n’est pas mort noyé », selon sa mère.

C’est surtout le rapport d’autopsie qui intrigue Pascale Pierru : "Il indique qu’il n’y avait pas d’eau dans les poumons. Comment a-t-on pu conclure à une noyade ?" À ses yeux, de nombreux indices prouvent au contraire qu'il y a eu violence, "comme en témoignent les traces de coups sur le corps d’Adrien et la molaire arrachée"

"Dans ce dossier, tout a été fait n’importe comment", assène l’avocat Maître Victor Gioa. Pour obtenir la réouverture de l’enquête, il a déposé l’an dernier une plainte avec constitution de parties civiles auprès du doyen des juges d'instruction.

La vérité a été « confisquée », selon Maitre Gioa

"Les analyses médicales sont incohérentes, précise l’avocat. Les principaux intéressés n’ont pas été auditionnés. Le téléphone portable n’a fait l’objet d’aucune investigation. Cette enquête manque de crédibilité. On est peut-être sur une scène de crime !" 

Quatre ans après la mort de son fils, Pascale Pierru espère que la réouverture de l’enquête va permettre de faire éclater la vérité. "Ê’tre convoquée par le juge, c’est l’espoir d’être enfin écoutée."

« Cela fait 4 ans que nous nous battons » (Pascale Pierru)

  - Aucun(e)
-