Faits divers – Justice

Elle lance une pétition pour retrouver ses enfants, enlevés par leur père à Perpignan en 2014

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mercredi 13 janvier 2016 à 18:22

Guillermo Cazenave, le papa des 3 enfants, recherché par la justice française
Guillermo Cazenave, le papa des 3 enfants, recherché par la justice française

Sara Grégori lance une page Facebook et une pétition pour tenter de retrouver ses trois enfants enlevés par leur père en mai 2014 à Perpignan. La justice française lui en a donné la garde, mais personne ne sait où le père et les enfants se cachent. Sans doute en Amérique du Sud.

Sara Grégori lance un nouvel appel à l'aide pour tenter de retrouver ses enfants. Cette mère de famille âgée de 35 ans n'a pas revu ses enfants depuis le mois de mai 2014. Ce jour-là, leur père est allé les chercher à l'école, et sous prétexte de les emmener au restaurant, il ne les a jamais rendus à leur mère.

Sara Grégori sait qu'ils sont partis en Argentine, elle a pu avoir quelques contacts avec eux par Skype jusqu'à l'été dernier. La justice lui en a donné officiellement la garde, mais elle vient de recevoir un courrier du ministère de la Justice lui expliquant que, personne ne sachant où se trouvent le père et les enfants, il est impossible de faire appliquer la décision.

Guillermo Cazenave a fait appel par l'intermédiaire de son avocate. Il a donné une adresse en Argentine qui correspond au domicile de sa sœur, laquelle affirme ne pas savoir où se trouve son frère.

Guillermo Cazenave continue d'avoir une activité sur les réseaux sociaux et par mail, Sara Grégori ne comprend donc pas comment la justice n'arrive pas à le localiser. Elle lance une page Facebook avec la photo du papa pour tenter de le retrouver, ainsi qu'une pétition à l'attention du ministère de la Justice, et des Affaires étrangères ainsi qu'à l’Élysée pour qu'on l'aide à retrouver ses enfants.

France Bleu Roussillon : Rappelez-nous comment vos enfants ont disparu.

Sara Grégori : Le papa et moi étions en pleine séparation, il est allé chercher les enfants à l'école, il m'a dit qu'il les emmenait au restaurant pour passer un moment avec eux, et je ne les ai jamais revus.

FBR : Vous n'avez donc pas revu vos enfants de 5, 11 et 14 ans depuis un an et demi, pourtant, vous en avez officiellement la garde ?

Sara Grégori : Oui, une décision de justice me donne l'autorité parentale, la garde exclusive, mais malgré cela, mes enfants ne sont pas là, ils sont en Argentine. Les démarches sont très longues et très compliquées, je n'ai pas réussi à faire revenir mes enfants. Le papa n'est pas localisé, et le ministère de la Justice me dit qu'on ne peut pas donner suite au dossier, car on ne sait pas où ils sont.

"Comment n'arrive-t-on pas à localiser un homme aussi actif sur internet ?"

FBR : Vous avez donc décidé de lancer vos propres recherches ?

Sara Grégori : Oui, grâce à des amis, nous avons créé une page Facebook pour que n'importe qui qui verrait le père ou les enfants dans la rue puisse les dénoncer. Toutes les informations sont bonnes. Un homme avec trois enfants ne peut pas se cacher facilement.

On pense que grâce aux réseaux sociaux, on va pouvoir avoir des informations. Surtout que le papa est actif sur internet, il nourrit son compte Facebook comme si tout était normal. **Comment est-ce possible qu'on ne puisse pas localiser un homme qui poste des mails et nourrit son compte Facebook ?

FBR : Vous avez encore des contacts avec vos enfants ?

Sara Grégori : La dernière fois que j'ai eu ma fille ainée sur Skype, c'était au mois de juillet, mais elle ne répondait à aucune de mes questions. Depuis qu'il est parti, il essaye de la manipuler. Il lui dit qu'en France, on vivait très mal, qu'elle souffrait de harcèlement scolaire, que je ne m'occupais pas des enfants. C'est dur, parce que ce n'est pas elle que je vois, c'est une autre personne, je sais qu'il y a son père derrière. Elle vit une situation très difficile.

"J'ai peur de perdre l'amour de mes enfants avec le temps qui passe".

FBR : Comment vit-on quand on n'a pas vu ses enfants depuis un an et demi ?

Sara Grégori : Au début, les premiers mois, j'avais l'impression de survivre. Quand je rentrais du travail et que la maison était vide, je ne peux même pas vous décrire. Et aujourd'hui, je vis un paradoxe. J'essaye de m'y faire, mais je ne peux pas m'habituer à être sans mes enfants, je suis une mère de famille.

Ce qui me fait peur, c'est le temps qui passe. Moi, d'un côté la vie continue, je me bats, je fais toutes les démarches possibles, mais le temps passe. Et je me dis que si moi, je ressens cette situation un peu lointaine, qu'est-ce ça doit-être pour eux, ma petite fille qui n'a que trois ans ! J'ai peur d'avoir perdu leur amour. J'ai peur.

Sara Grégori, invitée de France Bleu Roussillon

Partager sur :