Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Elle porte plainte contre les odeurs des chevaux de son voisin viticulteur

-
Par , , France Bleu Hérault, France Bleu

Une habitante de Félines-Minervois (Hérault) porte plainte contre son voisin agriculteur en raison des odeurs de crottin, ce viticulteur possède deux chevaux à la retraite. Il a reçu le soutien du maire et de nombreux villageois.

Les chevaux sont accueillis dans ce champs l'hiver
Les chevaux sont accueillis dans ce champs l'hiver © Radio France - Pocher

Félines-Minervois, France

Après le chant du coq Maurice ou encore, les cloches des églises ou celles des vaches qui font trop de bruit, cette fois, c’est une odeur de crottin de chevaux qui dérange à la campagne. Une habitante de Félines-Minervois, une commune de 500 habitants à l’ouest de l’Hérault vient de porter plainte contre l’un de ses voisins. 

Ce dernier, viticulteur biologique depuis 30 ans possède deux chevaux de trait.  Il s'agit de percherons aujourd’hui à la retraite mais utilisés un temps pour labourer les 37 hectares du vignoble "Borie de Maurel". Les chevaux gambadent dans ce champ de 5000 m² l'hiver un petit abri a été aménagé pour qu'il se mette à l'abri du froid. Le reste du temps ils sont dans les près, loin du village.

"On ne sait plus vivre ensemble"'

Cette plainte ne fait pas l’unanimité dans le village. Les voisins les plus proches admettent bien des odeurs occasionnelles, mais rien d’insupportables dit Nolwen. Ce n’est pas une écurie. Un simple abri qui se situe à une quinzaine de mètres de la terrasse de plaignante, de l’autre côté en contrebas de la route. "Cette plainte est démesurée" dit Julien. "Les chevaux gambadent dans ce champ depuis 17 ans. Bien avant  l’arrivée de la cette anglaise en 2006" déplore Michel Escande le propriétaire des percherons. 

Le reportage de Stéfane Pocher

Le propriétaire regrette que des plaintes comme celle-ci aboutissent devant la justice. "On tue une profession" dit Michel Escande  

Michel Escande, le propriétaire des chevaux

"On ne sait plus vivre ensemble" rajoute le maire Jean-Pierre Pastre. Il se souvient d’un temps où il y avait un cheval toutes les dix maisons dans le village.

Jean-Pierre Pastre, le maire de Féline Minervois

La plaignante, qui est anglaise a fait constater les odeurs par un huissier. Nous n'avons pas pu la rencontrer. Quant au viticulteur, il a reçu le soutien de dizaines propriétaires de chevaux  et d’agriculteurs. Ils ont d’ailleurs l’intention de se rassembler d'ici la fin du mois d'octobre pour ce qu’ils appellent une solidarité "équine".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu