Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Elle refuse ses avances, le serveur lui jette de l'eau de vaisselle brûlante dans un restaurant à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

"Êtes-vous nue sous votre robe ?" : c'est cette question qu'un serveur a posée, tard lundi soir, à une jeune femme attablée au café Le Régent à Bordeaux. Elle n'a pas répondu, a demandé des excuses, mais la situation s'est envenimée.

Le café-restaurant Le Régent à Bordeaux au lendemain de l'attaque sexiste qu'à vécu une cliente
Le café-restaurant Le Régent à Bordeaux au lendemain de l'attaque sexiste qu'à vécu une cliente © Radio France - Laëtitia Heuveline

Une histoire qui ne passe pas inaperçue le jour des 50 ans du MLF (Mouvement de Libération de la Femme). Une jeune étudiante attablée à la terrasse du Régent près du Grand Théâtre à Bordeaux dans la nuit de lundi à mardi a été victime d'une remarque déplacée d'un serveur. Il lui a demandé si elle était toute nue sous sa robe. La jeune femme, Elsa, étudiante en droit pénal, ne s'est pas démontée, elle est allée voir son responsable. Ce dernier, lui a donné le prétexte de l'humour. 

Le témoignage d'Elsa, au micro France Bleu Gironde de Laëtitia Heuveline

Dans l'attente que quelqu'un se rende compte de la gravité de la situation, elle a fini par s'adresser directement au serveur. Refusant de présenter des excuses, il s'est justifié en invoquant une blague. La jeune femme lui a rétorqué en lui jetant un verre d'eau au visage que c'était également une blague de sa part. 

Il y avait un bac avec de l'eau brûlante, je pense pour faire la vaisselle, il me l’a renversé dessus

Et la réaction du serveur a été rapide, elle raconte : « Il y avait trois plateaux en métal sur le bar et il me les a balancés. Il m'a visée mais il ne m'a pas eue, ça a atterri sur le mur. Il y avait un bac avec de l'eau brûlante, je pense pour faire la vaisselle, il me l’a renversé dessus ! J'étais trempée de la tête aux pieds ! Et il m'a porté un coup au niveau de la lèvre supérieure. » Elsa et son amie s'enfuient tremblantes et postent cette histoire sur le réseau social Facebook avant d'envisager de porter plainte. 

La publication d'Elsa a depuis été modifiée, elle juge que les excuses de l'établissement était suffisantes pour faire cesser l'appel aux commentaires négatifs
La publication d'Elsa a depuis été modifiée, elle juge que les excuses de l'établissement était suffisantes pour faire cesser l'appel aux commentaires négatifs - Elsa Dossmann

Mise à pied du serveur

Un des patrons du Régent, Jean-Philippe Roussey, n'était pas là au moment des faits mais il juge ce mardi au micro de France Bleu Gironde les propos et l’attitude du serveur impardonnables : "J’ai des filles qui sont encore en bas âge, elles ont 7 et 10 ans mais un jour ou l'autre elles seront plus grandes et je ne voudrais pas que ça arrive ! Donc déjà en tant que père ça me met la boule au ventre et alors d'entendre ce qui a pu se passer chez moi très sincèrement ça me rend malade !".

Il a donc décidé de publier un communiqué de presse dans la soirée ce mardi et le serveur a été renvoyé chez lui, mis à pied.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Sexisme trop ordinaire ?

Selon plusieurs Bordelaises rencontrées ce mardi soir, cette attitude déplacée est loin d'être un cas isolé, elles se confient à France Bleu Gironde : "Dans la rue des fois il y a des gens qui nous sifflent ; moi dans mon collège on me touche les fesses alors que j'ai rien demandé ; on se fait suivre, on se fait regarder, on se fait harceler, on se fait siffler ; rien qu'ici dans certaines rues on ne va pas mettre de shorts..." et cela pourrait continuer ainsi. D'ailleurs, dès 2015 le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes montrait que 100% des femmes ont déjà été agressées dans les transports en commun par exemple. 

Et sa tenue a été une des premières pensées d'Elsa lundi soir après son agression : "Est-ce que ma robe était trop courte, trop décolletée ? Avant de se ressaisir et de se dire que, quoi qu'il en soit, _rien ne justifie un tel comportement"_nous a-t-elle confié. 

La jeune fille a voulu, elle aussi, faire de l'humour mais ça ne s'est pas passé comme prévu. Le reportage de Laëtitia Heuveline

Après la publication de l'article et la diffusion du reportage sur France Bleu Gironde, le serveur a proposé d'écrire une lettre d'excuse à la jeune-fille. Elsa nous explique donc qu'au vu de cette réaction, elle ne portera pas plainte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess