Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Soupçonnées d'avoir détourné plus de 600 000 euros, deux ex-secrétaires des Mutuelles de Solvay jugées ce mercredi

mercredi 6 décembre 2017 à 6:08 Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Deux ex-secrétaires de la société mutualiste de Solvay à Dombasle sont jugées ce mercredi par le tribunal correctionnel de Nancy. Elles auraient détourné plus de 600.000 euros en 15 ans grâce à de fausses factures d'hospitalisation.

Les deux secrétaires auraient détourné plus de 600 000 euros
Les deux secrétaires auraient détourné plus de 600 000 euros © Radio France - Maxppp

Dombasle-sur-Meurthe, France

Depuis combien de temps les deux secrétaires détournaient-elles de l'argent ? On ne le sait pas vraiment mais elles ont été embauchées en 1982 et ce n'est qu'en avril 2016 qu'une plainte a été déposée après un contrôle fouillé d’un commissaire aux comptes. La technique est assez simple finalement : les deux secrétaires parvenaient à masquer les détournements par de fausses factures d’hospitalisation, or les chèques, de plus en plus importants étaient déposés sur leur propre compte.

Je les connaissais depuis 34 ans, je suis encore ému par cette affaire" - Gilles Barbier, ex-président des Mutuelles de Solvay

La période retenue pénalement ne courent que sur 5 ans, entre janvier 2012 et avril 2016, le détournement porterait sur cette période sur 80 chèques soit un peu plus de 100.000 euros mais sur 15 ans, c'est beaucoup plus selon Gilles Barbier, l’ex-président de la Mutuelle, partie civile dans cette affaire. "Elles nous ont spoliés pendant plus de 15 ans. L’argent volé, nous l’avons malheureusement répercuté sur les cotisations des adhérents et en particuliers sur les retraités. Moi je demande que justice soit rendue et que les deux secrétaires rendent compte de leurs faits. Elles ont été embauchées en même temps que moi en 1982, je les connaissais depuis 34 ans et lorsque j’ai découvert les faits, d’ailleurs j’en suis encore ému, ce fut un énorme choc".

Aujourd'hui, la mutuelle est liquidée. On ne trouve nulle trace de cet argent sur les comptes des deux secrétaires. Selon les enquêteurs, elles l'ont dépensé, petit à petit, sans flamber et surtout sans le montrer.