Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Violences après la mort de deux jeunes du quartier Mistral, à Grenoble

Émeutes dans le quartier Mistral : une marche blanche en mémoire des jeunes hommes tués

-
Par , , France Bleu Isère, France Bleu

La nuit a été plus calme dans le quartier Mistral, de Grenoble, après trois nuits d'émeutes. Ce mercredi, la journée sera consacrée au recueillement après la mort des jeunes samedi soir. Les obsèques de l'un d'entre eux ont lieu à Échirolles cet après-midi, puis une marche blanche est organisée.

Jamila et Hassan (ici en photo), les parents de Adam Soli, l'un des deux jeunes tués, ont appelé à arrêter les violences dans le quartier Mistral.
Jamila et Hassan (ici en photo), les parents de Adam Soli, l'un des deux jeunes tués, ont appelé à arrêter les violences dans le quartier Mistral. © Maxppp -

L'appel au calme semble avoir été entendu.  Après trois nuits d'émeutes, il n'y pas eu de gros débordements cette nuit dans le quartier Mistral de Grenoble. Aujourd'hui, ce sera une journée de recueillement dans le quartier, car porter en terre un adolescent fauché dans la fleur de l'âge conduit forcément tout le monde au recueillement.

Une marche blanche à 16 heures

Les familles et les proches d'Adam vont se retrouver à 13h30 à la mosquée d’Échirolles. Ensuite, ils vont accompagner le défunt au carré musulman du cimetière de Poisat, dans la banlieue sud de Grenoble. Son ami, tué avec lui dans l'accident samedi soir, Fathi, âgé lui de 19ans, sera inhumé plus tard en Turquie. Puis, à partir de 16 heures, une marche blanche est prévue. Elle partira du quartier Mistral pour rejoindre le pont de Catane où a eu lieu le drame, samedi soir.

La famille d'Adam Soli appelle au calme

Adam Soli était le seul garçon d'une famille qui compte plusieurs filles qui ont bien réussi dans la vie. Il a été élevé par sa mère et son père. Ce dernier, Hassan Soli, a lancé un appel au calme la veille, "que les violences qu'on a connu ces dernières nuits ne se reproduisent plus pour la mémoire de son fils"

Du côté de l'enquête, la famille a aussi sollicité un avocat, Me Giraud, pour demander une constitution de partie civile auprès du juge d'instruction, afin de comprendre comment leur fils a perdu la vie dans un accident avec un car de transport en commun qui roulait à faible allure.  Mardi matin, un juge d'instruction a été nommé et une information judiciaire ouverte. L'avocat des parents d'Adam met en cause le travail de la police le soir de l'accident de scooter. 

Un risque disproportionné imposé par la police ?

"C'est une famille éplorée, (...) qui se pose beaucoup de questions qui sont légitimes" explique l'avocat, "un jeune garçon sur un scooter, ce sont des faits qui, pour les services de police, sont courants, surtout aux abords de certains quartiers. (...) On sait à qui on a affaire... Un mineur ou un très jeune majeur occupé à s'amuser à faire des tours sur un scooter sans casque. Comment des infractions au code de la sécurité routière, des contraventions (...) Comment des services de police prenant en charge des individus non casqués, sachant pertinemment que la moindre chute sera dramatique, [ne stoppent pas] leur opération quand elle fait courir un risque disproportionné aux personnes concernées ?" demande Maître Giraud.

L'avocat de la famille Soli, Maître Giraud, "à partir du moment où les services de police souhaitent procéder à une interpellation (...), cette opération doit être stoppée lorsqu'elle fait encourir un risque aux usagers ou aux personnes concernées"

Forces de l'ordre soumises à rude épreuve

Lionel Beffre, le préfet de l'Isère, lui, apporte son soutien aux forces de l'ordre, très sollicitées pendant ces trois nuits d'émeutes. "Il y a eu des jets de projectile sur les forces de l'ordre, des jets de cocktails molotov, des véhicules incendiés, qui ont tenté de faire des barricades que nous avons enlevé rapidement. Donc on voit bien que les forces de l'ordre sont soumises à rude épreuve et on ne peut accepter qu'elles le soient d'avantage" conclut Lionel Breffe. Ce mercredi après-midi, un homme de 25 ans devrait être jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Grenoble. Il a été interpellé lundi soir alors qu'ils étaient en train de jeter une barre de fer et des pierres sur les policiers.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu