Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme

Emmanuel Macron giflé : l'agresseur dit avoir agi "sans réfléchir", procès ce jeudi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

L'homme qui a giflé le président de la République mardi à Tain-l'Hermitage (Drôme) sera jugé en comparution immédiate jeudi après-midi. L'agresseur a reconnu la gifle, un geste instinctif pour exprimer son mécontentement.

L'auteur de la gifle va passer une deuxième nuit en garde à vue à la gendarmerie de Romans-sur-Isère
L'auteur de la gifle va passer une deuxième nuit en garde à vue à la gendarmerie de Romans-sur-Isère © Radio France - Guillaume Farriol

L'homme qui a giflé le président de la République est toujours en garde à vue au lendemain de l'agression à Tain-l'Hermitage. Il va passer une nouvelle nuit dans les locaux de la gendarmerie à Romans-sur-Isère avant son transfert au palais de justice de Valence où il sera jugé jeudi pour violence sans incapacité sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Proche de l'ultra-droite, pas de préméditation

Dans un communiqué diffusé ce mercredi soir, le procureur de la République de Valence précise que l'agresseur, au cours de son audition, "reconnaît avoir porté un coup au chef de l'Etat et avoir prononcé des paroles dénonçant la politique. Il explique être proche de la mouvance des gilets jaunes et avoir des convictions politiques traditionnelles de droite ou d'ultra droite sans être membre d'aucun parti ni militantisme exprimé. Il soutient avoir agi d'instinct et « sans réfléchir » pour exprimer son mécontentement". Toujours selon Alex Perrin, "il semblerait que la préméditation ne puisse être retenue dans l'accomplissement de ce geste violent. L'individu a pu déclarer avoir eu l'intention d'échanger verbalement avec le chef de l'Etat sur la politique menée actuellement".

Des armes et "Mein Kampf" chez l'ami qui l'accompagnait

Damien T., celui qui a donné la gifle, est âgé de 28 ans, il est en couple, il est sans emploi, en pleine reconversion. Son ami Arthur, 28 ans également, est célibataire, lui est intérimaire. Aucun des deux n'a de casier. Damien T. avait un taux d'alcoolémie positif au moment de son interpellation.

A Saint-Vallier où ils habitent, les deux gardés à vue ont créé l'AMHE, l'association des arts martiaux historiques européens. Il s'agit de pratique de combats anciens et oubliés. Il existe une fédération nationale de ces clubs. Dans son communiqué, le procureur précise qu'ils sont tous les deux fans de l'univers Manga.

Lors de la perquisition chez Arthur C., des armes et accessoires anciens, des livres anciens sur l'art de la guerre et le livre d'Hitler « Mein Kampf » ainsi qu'un drapeau à fond rouge avec faucille et marteau jaune et un drapeau de la révolution russe ont été découverts.

Procès dès ce jeudi après-midi

L'agresseur sera présenté jeudi matin au parquet à Valence en vue d'un procès en comparution immédiate dans l'après-midi. Quant à l'ami qui l'accompagnait, il va être remis en liberté ce mercredi soir. Son implication "ne peut être retenue concernant les faits commis à l'encontre de Monsieur le Président de la République" écrit le procureur qui poursuit : "il va se voir délivrer une convocation en justice pour la fin du second semestre 2022 pour répondre des infractions en lien avec les armes détenues illégalement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess