Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme

L'homme qui a giflé Emmanuel Macron condamné à quatre mois de prison ferme

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Damien Tarel était jugé, ce jeudi 10 juin, par le tribunal correctionnel de Valence pour avoir giflé le chef de l'État. Il a été condamné à dix-huit mois de prison dont quatre mois ferme. Le procureur de la République avait requis un an et demi de prison ferme.

Emmanuel Macron à Valence, le 8 juin 2021
Emmanuel Macron à Valence, le 8 juin 2021 © Maxppp - Romain Gaillard

Quarante-huit heures après la gifle au président de la République à Tain-l'Hermitage (Drôme), Damien Tarel était jugé ce jeudi après-midi par le tribunal correctionnel de Valence pour violences sans incapacité sur personne dépositaire de l'autorité publique. Il a été condamné à dix-huit mois de prison dont quatre mois ferme et quatorze mois avec sursis. Le mandat de dépôt a été prononcé, il part donc directement en prison. Il a également une obligation de soins psychologiques. Il est privé de ses droits civiques pendant trois ans, le tribunal lui interdit également d'exercer une fonction publique de manière définitive. Il lui est aussi interdit de détenir une arme pendant cinq ans.

Le procureur avait requis 18 mois de prison ferme. "Il faut marquer les choses" a asséné Alex Perrin à l'audience "c'est violent et inadmissible, il y a une volonté d'humilier la fonction". Dans ses réquisitions, Alex Perrin réclamait aussi l'interdiction définitive d'exercer une fonction publique et l'interdiction du droit de vote et de détenir une arme pendant cinq ans.

"La déchéance de notre pays"

Au cours de l'audience, le Drômois a assumé son geste. "Je pense que Macron représente la déchéance de notre pays", a dit l'agresseur devant le tribunal. Il a expliqué que cette gifle n'était pas préméditée, mais il a vu les gilets jaunes se faire repousser à Tain-l'Hermitage avant l'arrivée du chef de l'Etat. Alors, quand Emmanuel Macron s'est avancé vers lui à l'issue de sa visite, il ne l'a pas supporté : "j'ai vu son regard tout à fait sympathique et menteur qui voulait faire de moi un de ses électeurs, j'ai été empli de dégoût". 

De son côté, son avocate a dénoncé l'emballement médiatique autour de cette affaire."Sa famille ne peut plus sortir de chez elle à Saint-Vallier" explique Maître Guellier, "j'ai moi-même été harcelée par des journalistes". "On a le sentiment d'une justice d'exception" a-t-elle ajouté.

35 journalistes ont été accrédités pour suivre ce procès
35 journalistes ont été accrédités pour suivre ce procès © Radio France - Willy Moreau

Le jour de la gifle, Emmanuel Macron avait réagi pendant un bain de foule à Valence. "La colère, quand elle est là, je l'entends. Là, c'était de la bêtise", avait dit le chef de l'État. Son discours a un peu évolué deux jours plus tard. Ce jeudi dans une interview à BFMTV, Emmanuel Macron appelle à ne pas "banaliser" ce genre d'incident.

La peine maximale encourue pour ce type de délit est théoriquement de trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess