Faits divers – Justice

Emoi à Cléry-Saint-André : un enfant de deux ans meurt écrasé par le tracteur de son père

Par Eric Normand, France Bleu Orléans et France Bleu lundi 11 septembre 2017 à 19:40

Les gendarmes se sont déplacés chemin du Paradis pour les premières investigations.
Les gendarmes se sont déplacés chemin du Paradis pour les premières investigations. © Maxppp - Alexandre Marchi

Un enfant de deux ans est mort écrasé accidentellement par le tracteur de son père, à Cléry-Saint-André. Depuis dimanche soir, le village se mobilise pour entourer la famille touchée par ce drame.

On en sait un peu plus sur l'accident qui a couté la vie à un enfant de 2 ans dimanche soir à Cléry-Saint-André. Le petit garçon est mort écrasé par le tracteur de son père. Le drame a eu lieu juste devant le domicile familial.

C'était un vieux tracteur, il a eu un problème avec les pédales de l'engin. L'une s'est bloquée et il n'a pas vu le petit. C'est triste et tragique - Claude Boissay, premier-adjoint

Le père de famille, âgé de 35 ans, était en train de rentrer du bois à l'aide de son tracteur alors que ses trois enfants jouaient à proximité. Il aurait eu un problème avec les pédales de l'engin qui a avancé, au lieu de freiner, selon le premier-adjoint Claude Boissay. Les deux autres enfants, le frère et la soeur, âgés de 9 ans et 5 ans, ont eu le temps de se dégager.

La famille est très entourée

"Le CCAS prend en charge la famille" selon Claude Boissay et le premier-adjoint de la commune d'ajouter que "le père de 35 ans est toujours hospitalisé car il est encore sous le choc." L'élu salue "le courage de la mère qui est très forte mais il faut la soutenir ce que font les voisins et l'équipe pédagogique de l'école."

Le plus important, c'est d'entourer la famille. Un soutien moral est nécessaire - Claude Boissay, premier-adjoint

Par ailleurs, les enfants reçoivent un soutien psychologique à l'hôpital ainsi qu'à l'école où ils seront particulièrement bien entourés dès leur retour. Une psychologue scolaire peut se déplacer à l'école des Bergerêts si les élèves en ressentent le besoin.