Faits divers – Justice

Emotion à Claret après la mort de Théo, 19 ans, assassiné dans la Creuse

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault mercredi 24 août 2016 à 16:55

Le drame s'est produit au pied de ce petit immeuble de trois étages de Chambon-sr-Voueize
Le drame s'est produit au pied de ce petit immeuble de trois étages de Chambon-sr-Voueize © Radio France - Valérie Mosnier

Le jeune Théo assassiné le weekend dernier dans la Creuse où il était en vacances, vivait à Claret. Les jeunes du village et le maire sont très touchés. Un registre de condoléances a été ouvert en mairie.

Samedi, un jeune homme de 19 ans a été tué d'un coup de fusil à Chambon sur Voueize dans la Creuse. Théo Gancédo était en vacances chez son père, il était en bas de l'immeuble et fumait une cigarette quand un voisin a sorti une armé et tiré sans aucun motif apparent. Le retraité de 64 ans, déjà connu pour des problèmes de violence avec ses voisins s'est rendu à la gendarmerie de lui-même. Il a été mis en examen et incarcéré à Guéret.

"Je souhaite qu'il ait des remords jusqu'à son dernier souffle"

Le jeune Théo, assassiné sous les yeux de son frère de 15 ans vivait avec sa maman à Claret, dans l'Hérault, au nord de Montpellier. Mardi soir, une cérémonie d'hommage a eu lieu en l'église de Chambon sur Voueize en présence de la maman de Théo, Roselyse qui a tenu à témoigner de sa douleur : "Nous sommes très déterminés avec son papa, on va se battre pour que justice soit rendue et que ce meurtrier n'ait plus assez de ses yeux pour pleurer et qu'il ait des remords jusqu'à son dernier souffle. C'est toute une famille qui est anéantie, son papa, moi-même, son frère David et sa sœur Morgane, mais aussi la famille élargie et les amis."

Roselyne, la maman de Théo

"Les jeunes ne comprennent pas que leur ami qui aimait rire ait pu disparaitre ainsi"

Le village de Claret a appris la nouvelle dans le weekend, les jeunes très touchés ont spontanément organisé un rassemblement dimanche soir. Le maire de Claret, André Got a aussi décidé d'ouvrir un registre de condoléance pour permettre aux habitants de s'exprimer : "On l'a appris presque par hasard, la maman est partie très très vie sans rien dire, et les jeunes l'ont appris par Facebook et par les réseaux sociaux. Les jeunes sont choqués, ils ne comprennent pas qu'un copain de tous les jours qui aimait rire et s'amuser ait pu disparaitre comme ça, parce qu'il était et qu'il fumait sa clope tranquillement assis sur un muret, on se demande comment une affaire comme ça puisse arriver. On a ouvert un cahier de condoléances pour que les jeunes puissent exprimer leur douleur et pour que la maman trouve à son retour les marques de sympathie de toute la commune".

André Cot, le maire de Claret

Partager sur :