Faits divers – Justice

Emotion en Vaucluse après les attentats de Bruxelles

Par Aurélie Lagain, Daniel Morin et Philippe Chauché, France Bleu Vaucluse mercredi 23 mars 2016 à 5:00

Hommage aux victimes des attentats
Hommage aux victimes des attentats © Maxppp - .

L'émotion est particulièrement forte en Vaucluse après les attentats de Bruxelles mardi. Il faut dire que le département a noué des liens étroits avec le plat pays.

Le dernier bilan des explosions à Bruxelles fait état de 34 morts et plus de 200 blessés ce mardi matin. Deux kamikazes ont été identifiés, selon la RTBF. Il s'agirait de deux frères, Khalid et Brahim El Bakraoui, connus des services de police pour grand banditisme.

Deux explosions ont eu lieu à l'aéroport, une troisième bombe n'aurait pas explosé. Explosion également dans le métro, dans une rame à la station de Maelbeek. C'est tout près de chez Roland Jack, Avignonnais et photographe en Belgique.

"J'ai compris quand j'ai entendu les sirènes d'ambulances et de police. C'était une cacophonie, un stress total. Ce qui est bizarre, c'est qu'il va falloir s'habituer à ça et que ça peut péter n'importe où, n'importe quand." (Roland Jack)

Roland Jack avec Philippe Chauché

L'ambassade culturelle des Belges en Vaucluse est peut-être le théâtre des Doms à Avignon. Son directeur, Alain Coffino Gomez, était mardi à Bruxelles pour des rendez-vous. Lui aussi a vécu la peur et l'émotion aux côtés de ses compatriotes. Mais il faut, estime-t-il, la surpasser.

"Face à la violence il faut rester intelligent, faire la part des choses, prendre les bonnes mesures de sécurité, penser à toutes les communautés. Nous ce qu'on peut faire, gens de la culture, de l'art, du théâtre, c'est réfléchir ensemble, créer des liens." (Alain Coffino Gomez)

Alain Coffino Gomez avec Daniel Morin

Plusieurs communes de Vaucluse sont jumelées avec des villes et villages belges. À Gigondas, liée à Anderlu, le président du comité de jumelage a demandé à ses correspondants belges de faire part de l'émotion et de la solidarité du village. De son côté, le maire de Cairanne, jumelée avec Flobecq depuis 1978, a fait mettre les drapeaux belges en berne.

"J'ai fait mettre les drapeaux belges en berne sur les bâtiments communaux à Cairanne. En janvier, nous avions pris quelques instants de recueillement public devant la mairie de Flobecq en hommage aux victimes des attentats. J'ai fait la même chose (mardi) en lui transmettant toutes nos amitiés et nos pensées chaleureuses en ces moments difficiles." (Roger Rossin, maire de Cairanne)

Roger Rossin avec Daniel Morin