Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Emplois fictifs présumés du FN : l'eurodéputé Nicolas Bay et le garde du corps de Marine Le Pen mis en examen

lundi 9 juillet 2018 à 14:33 - Mis à jour le lundi 9 juillet 2018 à 18:00 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Le vice-président du Rassemblement national (l'ex-Front national) Nicolas Bay et plusieurs collaborateurs du parti ont été mis en examen dans l'affaire des emplois présumés fictifs d'assistants parlementaires du FN, a-t-on appris ce lundi. Ils auraient en réalité travaillé pour le parti en France.

Nicolas Bay est le vice-président du Rassemblement national, l'ex-Front national.
Nicolas Bay est le vice-président du Rassemblement national, l'ex-Front national. © AFP - YANN COATSALIOU

L'eurodéputé et vice-président du Rassemblement national (ex-Front national) Nicolas Bay, le garde du corps de Marine Le Pen, Thierry Légier, rémunéré comme assistant parlementaire, et deux autres collaborateurs ont été récemment mis en examen dans le cadre de l'affaire des emplois présumés fictifs du FN au Parlement européen, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

L'assistant parlementaire de Nicolas Bay rémunéré par le Parlement européen alors qu'il travaillait pour le FN en France ?

Nicolas Bay, dont le nom circule pour conduire la liste du Rassemblement national aux élections européennes, a été mis en examen le 8 juin pour "abus de confiance", le même chef de délit retenu à l'encontre de la présidente du RN Marine Le Pen en juin 2017 par les juges d'instruction.

Cette nouvelle mise en examen au RN concerne l'emploi présumé fictif de Timothée Houssin, assistant parlementaire de Nicolas Bay, entre juillet 2014 et début 2015, alors qu'il travaillait "en réalité pendant son contrat au sein du secrétariat général (du FN)", selon des sources proches du dossier.

L'assistant parlementaire aurait en fait été garde du corps

Selon une source proche de l'enquête, Thierry Légier a lui été mis en examen le 18 avril pour "recel d'abus de confiance". D'après des sources proches du dossier, cette mise en examen concerne son emploi d'assistant parlementaire aux côtés notamment de Jean-Marie Le Pen et de Marine Le Pen alors qu'il occupait en réalité les fonctions de garde du corps du fondateur du FN puis de sa fille, à compter de 2011.

Des assistants parlementaires soupçonnés d'avoir été secrétaire particulière ou directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen 

Deux autres anciens assistants ont par ailleurs été mis en examen la semaine dernière pour "recel d'abus de confiance", selon ces sources. Il s'agit notamment de Micheline Bruna, qui était assistante au Parlement européen entre autres de Marine Le Pen et de Bruno Gollnisch alors qu'elle était en même temps secrétaire particulière de Jean-Marie Le Pen.

L'autre assistant est Guillaume L'Huillier, poursuivi pour son emploi présumé fictif auprès de Marine Le Pen puis de Bruno Gollnisch "mais travaillant en réalité comme directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen", d'après l'une des sources. Bruno Gollnisch a lui-même été mis en examen vendredi pour "abus de confiance". 

Les juges ne mènent qu'une instruction à charge" - Marine Le Pen 

"Les juges Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke ne mènent qu'une instruction à charge à caractère politique, ils mettront en examen tous ceux qu'ils pourront mettre en examen", a réagi auprès de l'AFP la présidente du Rassemblement national.

La menace judiciaire se resserre autour du parti 

La menace judiciaire s'est encore renforcée ce week-end autour du Rassemblement national avec l'annonce d'une saisie de 2 millions d'euros d'aides publiques dues au parti ordonnée le 28 juin par les juges d'instruction. 

Les magistrats qui enquêtent sur cette affaire, dont le préjudice estimé par le Parlement européen est de 7 millions d'euros pour la période 2009-2017, l'ont justifiée notamment par "la situation d'endettement du parti".