Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Employé municipal tué à Elne : 15 ans de réclusion requis contre l'accusé

-
Par , France Bleu Roussillon

Amin Benidjer, 31 ans, est jugé depuis lundi devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales. Il est accusé d'avoir assassiné Mario Tavarès Osorio de plusieurs coups de feu devant un bar d'Elne en mai 2017. Le verdict est attendu dans la journée

Tribunal de Perpignan
Tribunal de Perpignan © Maxppp - Michel Clementz

Au troisième jour d'audience devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales, l'avocate générale a réclamé une peine de 15 ans de réclusion criminelle et un suivi socio-judiciaire de 10 ans à l'encontre d'Amin Benidjer. L'accusé âgé de 31 ans est jugé pour avoir tiré à six reprises, sur Mario Tavarès Osorio, un père de famille de 49 ans qui tentait de s'interposer dans une bagarre déclenchée à la terrasse d'un bar du centre-ville d'Elne le 13 mai 2017.

Le ministère public estime que l'acte était prémédité malgré l’altération du discernement de l'accusé au moment des faits. Altération du discernement confirmée par les experts psychiatres au cours de l'audience. Souffrant depuis des années de graves troubles bipolaires, Amin Benidjer avait stoppé de lui-même son traitement quelques jours avant le drame. 

Dans sa plaidoirie, l'avocat de l'accusé Me Simon Cohen a tenté de balayer la préméditation : "Les choses n'ont pas été conçues, préparées et imaginées à l'avance". Selon lui, Amin Benidjer "n'avait pas la volonté profonde de tuer" et les coups de feu sont la conséquence directe de la maladie. "Il n'était plus en mesure de contrôler ses actes".

Le jury délibère depuis ce mercredi midi. Le verdict est attendu dans le courant de l'après-midi, voire dans la soirée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess