Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

En 20 ans, l'Institut Médico-Légal du CHU de Tours a réalisé 4.000 autopsies

-
Par , France Bleu Touraine

Au delà des autopsies, l'Institut Médico-Légal réalise surtout des examens des victimes de violence. Cela représente 90% de l'activité de l'équipe composée de 6 médecins et 2 psychologues.

Illustration Institut Médico-Légal
Illustration Institut Médico-Légal © Maxppp - Alexander Roth-Grisard/Maxppp

Tours, France

Vous ne pouvez pas y échapper dès vous regardez une série policière à la télévision, l'autopsie du corps. Un examen pratiqué à l'IML par un médecin-légiste. L'IML ou Institut Médico-Légal, qui dépend du CHU de Tours, fête ses 20 ans. Il réalise 200 autopsies médico-légales tous les ans pour les départements de l'Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher, du Cher et du Loiret. L'équipe de Tours compte 6 médecins légistes, 3 secrétaires, 2 psychologues,  3 aides-soignants, un cadre infirmer. 

La principale activité c'est l'examen des victimes de violences et la constatation des blessures

L'IML répond à des demandes de la justice pour 2 domaines. La thanatologie, c'est à dire l'étude des aspects médicaux de la mort dans le cadre d'une enquête criminelle. Mais la principale activité, c'est la médecine légale clinique ou l'examen des victimes de violences et de leurs blessures. Cela représente 90% de l'activité totale, soit 2.300 consultations medico-légales et 1.200 consultations psychologiques.

Pendant ces 2 décennies, la médecine légale a donc du former les généralistes, premier praticien vers qui se tournent les victimes.L'avenir, c'est l'amélioration de l'accueil et du repérage des victimes de violences par une plus grande sensibilisation et une meilleure formation des professionnels de santé. Beaucoup de victimes, très éloignées de Tours, refusent encore trop souvent une consultation à l'IML.