Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

En Charente-Maritime, les clubs de tir sportif dans le viseur de l'Etat

jeudi 3 mai 2018 à 10:54 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle

C'est une conséquence de la vague d'attentats en France depuis 2015: le ministère de l'Intérieur a décidé de renforcer la surveillance sur les armes à feu. Ce qui passe notamment par un contrôle régulier des clubs de tir sportif. L'Etat souhaite diffuser une "culture de la sécurité".

A l'Atlantic tir club de La Rochelle, tous les licenciés passent par six mois minimum de tir aux armes à air comprimé, le temps d'acquérir les bases de la sécurité.
A l'Atlantic tir club de La Rochelle, tous les licenciés passent par six mois minimum de tir aux armes à air comprimé, le temps d'acquérir les bases de la sécurité. © Radio France - Julien Fleury

Charente-Maritime, France

Police, jeunesse et sports, hygiène... Ce mercerdi après-midi, les services de l'Etat débarquent en force à l'Atlantic tir club de La Rochelle, l'un des 12 clubs de tir sportif référencés en Charente-Maritime. Dans ce département, le tir sportif rassemble 2.337 licenciés, possédant 5.984 armes. Ce sont ces armes qui intéressent la sous-préfète de Jonzac, chargée de ce dossier à la préfecture de la Charente-Maritime. Elise Dabouis souhaite contrôler étroitement leur circulation, pour éviter toute utilisation malveillante.

A l'Atlantic tir club de La Rochelle, le contrôle débute par l'armoire blindée située à l'accueil, "un coffre-fort Fichet d'avant la guerre" précise le président du club, Jacques Glomet, 86 ans. De lourdes portes qui renferment les armes du club de catégorie B, celles qui tirent à balles réelles. Jacques Glomet ouvre une première petite valise: "un Smith & Wesson 22". "Vous avez le numéro?" lui demande un officier de police.

"Cela fait 25 ans que je suis au club, on n'a jamais perdu d'armes"

Après une inspection d'une dizaine de minutes, tout va bien: les 10 pistolets sont tous déclarés correctement. Il faut dire que les bénévoles veillent jalousement sur leur trésor. "Les armes sont très réglementées" rappelle Hervé Gastine, membre du comité directeur. "Donc on les prête pour un tir, on les récupère juste après le tir". Une vigilance qui porte ses fruits, conclut ce bénévole: "Cela fait 25 ans que je suis au club, on n'a jamais perdu d'armes!"

La sous-préfète Elise Dabouis passe en revue toutes les armes de poing appartenant au club de tir rochelais - Radio France
La sous-préfète Elise Dabouis passe en revue toutes les armes de poing appartenant au club de tir rochelais © Radio France - Julien Fleury

Satisfecit encore des services de l'Etat pour les armes de catégorie inférieure, carabines et pistolets à air comprimé, en vente libre dans notre pays. "Le club va au-delà de ce qui est imposé" se félicite la sous-préfète Elise Dabouis. "La seule obligation serait de les enchaîner, mais là elles sont en chambre forte." "Et en plus, le club est sous surveillance vidéo permanente", ajoute son président Jacques Glomet.

Seule inquiétude, le nombre important de bénévoles ayant accès aux armes

La sous-préfète Elise Dabouis épluche encore les registres, celui des adhérents, et celui qui compile toutes les séances de tir. "Le bilan c'est qu'il n'y a aucun manquement." Mais une petite réserve tout de même: "Combien de personnes ont-elles accès au coffre-fort et à la chambre forte?" "On est 16" répond le président du club. "Un peu élevé" regrette Elise Dabouis qui invite les dirigeants à réfléchir à une réduction du nombre de clés "et donc du risque de perte de ces clés".

"On est là pour le loisir, pas pour faire la guerre!" assure Sacha, 13 ans. La sécurité est au cœur de l'apprentissage du tir sportif. - Radio France
"On est là pour le loisir, pas pour faire la guerre!" assure Sacha, 13 ans. La sécurité est au cœur de l'apprentissage du tir sportif. © Radio France - Julien Fleury

Raison de ce contrôle réussi: la sécurité est une priorité pour le président du club de tir rochelais, et pour son président Jacques Glomet: "Je tiens personnellement à recevoir tous les nouveaux adhérents. Je vois au moins à qui j'ai à faire." Un contact irremplaçable pour détecter d'éventuels candidats malveillants: "Vous avez des gens bizarres" sourit Jacques Blomet. "Pour d'autres, le club de tir c'est un stand de foire. Non. Ici il faut respecter certaines règles."

"Une arme n'est pas dangereuse, c'est celui qui la manie"

Ne jamais viser quelqu'un avec son arme, ne jamais lâcher une arme chargée... ces règles élémentaires de sécurité, à l'Atlantic tir club, on les apprend dès l'enfance. Et Jacques Blomet n'hésite pas à rappeler à l'ordre les licenciés qui prendraient des risques: "Une arme n'est pas dangereuse. C'est celui qui la manie." De son côté la police conseille aux clubs d'exiger désormais des lettres de motivation. Façon d'écarter une bonne moitié des candidats, ceux dont le seul désir est d'avoir une arme à leur domicile.

"Nos adhérents sont concentrés sur le tir, pas sur les armes". Josette Gélan, en charge de la formation à l'Atlantic tir club - Radio France
"Nos adhérents sont concentrés sur le tir, pas sur les armes". Josette Gélan, en charge de la formation à l'Atlantic tir club © Radio France - Julien Fleury