Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Charente-Maritime : un collectif milite pour la reconnaissance de l'"homicide routier"

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Face à la recrudescence des accidents de la route, le collectif "Justice pour les victimes de la route" milite en Charente-Maritime pour obtenir la reconnaissance du principe d'"homicide routier" au lieu de l'homicide involontaire.

La route peut tuer
La route peut tuer © Radio France - Bastien Deceuninck

Charente-Maritime, France

Voilà des années que le collectif "Justice pour les victimes de la route" milite pour obtenir que les accidents mortels de la circulation soient reconnus comme des "homicides routiers", et non plus comme des homicides considérés comme "involontaires". En Charente-Maritime, Jocelyne Ravet, la secrétaire du collectif, monte au créneau après les quatre accidents mortels qui ont eu lieu depuis le début du mois d'octobre sur nos routes. Quatre accidents en quatre jours, le plus souvent suite à des conduites dangereuses, comme un franchissement de ligne blanche ou une vitesse excessive.

"Ce que l'on demande, c'est que les sanctions soient appliquées et qu'il y ait plus de répression", explique Jocelyn Ravet , avant d'ajouter : "on a l'impression que les gros délits ne sont pas sanctionnés". Jocelyne Ravet a elle-même perdu sa fille en 2007, lors d'un accident de la route. "Nous n'avons pas la même notion des peines que la justice. Nous, familles de victimes, on ne voit pas en quoi six mois de prison avec sursis sont une peine sévère".

Aujourd'hui, on peut tuer quelqu'un sur la route, c'est un accident

Pour le collectif "Justice pour les victimes de la route", la loi ne va pas assez loin. "Aujourd'hui, on peut boire, avoir de la drogue, téléphoner au volant : ça passe en accident s'il arrive quelque chose", s'insurge Jocelyne Ravet, qui ne comprend pas qu'on ne retienne que le délit d'homicide involontaire. "Non, ce n'est pas involontaire, ce n'est plus un accident", explique Jocelyne Ravet, qui réclame la reconnaissance du principe d'homicide routier.

ITW Rocelyne Ravet

Choix de la station

France Bleu