Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

En Charente, une octogénaire est-elle décédée en raison des barrages des gilets jaunes ?

mardi 20 novembre 2018 à 15:37 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle et France Bleu

C'est l'accusation lancée lundi soir par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, sur la foi d'informations transmises par le député Thomas Mesnier. Mais à Montbron, où la victime est décédée, cette version est remise en cause. Les gilets jaunes crient à la récupération politique.

La file de camions sur la Nationale 10 à hauteur de Saint-Yrieix
La file de camions sur la Nationale 10 à hauteur de Saint-Yrieix © Radio France - Pierre MARSAT

Montbron, France

Mettre fin au plus vite aux blocages des gilets jaunes : c'était l'objet de la conférence de presse du ministre de l'Intérieur, lundi soir. Christophe Castaner qui a notamment cité un événement dramatique survenu en Charente : "Ce matin, à Angoulême, un véhicule du Samu a été empêché d'intervenir sur une dame qui faisait l'objet d'un incident médical. 50 minutes pour faire 30 kilomètres. La personne est morte cet après-midi." Cette version est remise en cause par les élus et les pompiers de Montbron (Charente) où s'est produit le drame.

Cette version, c'est celle de Thomas Mesnier, député en Marche de la Charente et ancien urgentiste angoumoisin. C'est lui qui a alerté le ministre de l'Intérieur, ainsi que la préfète de la Charente. Thomas Mesnier, saisi lui-même par l'un de ses anciens collègues, raconte: "lundi matin, le Samu a déclenché l'envoi d'une ambulance, pour un arrêt cardiaque d'une octogénaire à Montbron. En temps normal, le véhicule aurait mis moins d'une demi-heure pour rejoindre les lieux... et il a mis deux fois plus de temps", en raison du chaos routier régnant en Charente.

"Vingt minutes de plus ou de moins n'auraient pas sauvé la victime"

Contrairement à ce qu'a dit le ministre, la victime n'est pas décédée dans l'après-midi, mais lundi matin.  Quant à savoir s'il faut imputer ce décès au retard pris par l'ambulance, sur place à Montbron, élus et pompiers s'inscrivent en faux. Selon nos informations, l'octogénaire était déjà décédée à l'arrivée des tous premiers secours. Et "vingt minutes de plus ou de moins" pour l'arrivée du Samu "ne l'auraient pas sauvée".

Mais pour le député Thomas Mesnier, ce n'est pas le problème. Pour l'ancien urgentiste c'est "une question de principe". Quelle que soit la victime et son état, "il est insupportable de bloquer ou ralentir les secours. Au départ, les gilets jaunes servent à sauver des vies, pas l'inverse."

L'affaire fait bondir les gilets jaunes angoumoisins. Dans un communiqué, les gilets jaunes démentent "totalement ces allégations hasardeuses en non corroborées". Ils dénoncent également la "récupération politique" de ce décès par le gouvernement: "abject, c'est encore ici une preuve de l'impunité gouvernementale." 

Le parquet ouvre une enquête

Dans leur communiqué, les gilets jaunes expliquent avoir bien reçu lundi matin un appel sur leur hotline pour laisser passer une ambulance. Et qu'ils ont aussitôt fait leur maximum pour libérer la bande d'arrêt d'urgence des poids-lourds qui l'occupaient. "De toutes façons, cette ambulance on ne l'a jamais vu", s'étonne au téléphone un gilet jaune angoumoisin.

Pour démêler le vrai du faux, le parquet d'Angoulême a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort. Une autopsie de l'octogénaire doit être réalisée jeudi.